lundi 5 novembre 2018

LES HUIT MONTAGNES




Titre original : " LE OTTO MONTAGNE " - 2016 -
Auteur PAOLO COGNETTI
Traduction : Anita ROCHEDY
Editions : Stock  2017. - 299 pages-
Vient également de paraître en Poche

C'est un livre que j'ai lu comme je n'aime pas le faire. Sans trop de continuité et l'esprit trop pris par ailleurs, ce qui explique probablement que je me sens un peu malhonnête d'en parler ici.

L'histoire est connue  déjà de nombre d'entre vous. Celle d'une amitié entre deux enfants qui deviennent adultes, que tout oppose a priori mais que trois choses unissent : leur amour de la montagne,  un père en quelque sorte commun, une maison à bâtir.

Pietro, le narrateur, vit à Milan, fils d'un couple construit sur une enfance partagée dans les Dolomites et un drame originel, qui les a coupés de toute autre famille.
Le père, qui n'a pas connu le sien, "irascible, autoritaire, intolérant" aime "les chamois, les bouquetins, les nuits en bivouac, les ciels étoilées, la neige...", bref la haute montagne qu'il affronte toujours au pas de course.
La mère, "forte et tranquille et conservatrice", "préfère les deux mille - les prairies, les torrents, les forêts- " mais affectionne aussi particulièrement  "les mille, la vie de ces villages de bois et de pierres.... Elle voulait une maison où faire son nid et un village auquel revenir..." 

Entre eux, l'enfant sensible étouffe, sans jamais protester, sans n'avoir jamais eu "un mot de travers".


Massif des Dolomites. Italie.

Sa rencontre avec Bruno, un enfant du village dans lequel ils passent leurs vacances, va le libérer un peu de cet étau. Son père travaille au loin, il vit avec sa mère, "une femme qui ne parle pas", que les autres, parce qu'elle est une femme, "juge à moitié folle"
Ils vont parcourir à leur rythme la montagne, ses torrents ses alpages, partir aussi ensemble avec le père de Pietro, plus haut, celui-ci découvrant peut-être en Bruno, le fils qu'il aurait probablement  souhaité.

Ils se retrouvent ainsi chaque été, puis, grandissant, un peu moins souvent. 
Mais ils s'inquiètent l'un de l'autre. La mort aussi précoce que brusque du père de Pietro les réunira  à nouveau autour d'une maison à construire. 

L'un vivra sa vie attaché à sa montagne, l'autre parcourra des sommets plus lointains,  cherchant tous deux "à faire quelque chose de sa vie". 
Deux voies en partie séparées, unies par l'amitié.


Source :https://www.etsy.com/fr/listing/234931711/mandala-etoile-a-huit-branches-avec-des montagnes

On retrouve dans ce qui s'appelle ici  "roman", beaucoup des thèmes que Paolo Cognetti a développés  dans un court récit autobiographique "Le garçon sauvage", que j'avais vraiment beaucoup aimé.

La montagne et ses vertus consolantes, la difficulté à être père notamment quand on a pas connu le sien, celle d'être fils, quand on a craint son père et qu'on sait ne pas correspondre à ce qu'il aurait aimé.
S'y ajoute ici des visages de femmes : celles qui sont des mères, celles qui sont des compagnes pour un temps plus ou moins long et qui sont choisies  parfois pour  leur ressemblance avec les précédentes.
Un livre poignant, profond et triste, dans lequel se retrouveront tous ceux qui tournent sur les huit montagnes, comme ceux qui n'en escaladent qu'une, avec toujours en tête ce souhait, pas toujours exaucé,  de savoir où est notre place sur terre.   

Dominique avait beaucoup aimé, Tania également et s'il y en a d'autres, n'hésitez pas à me le dire, je mettrai un lien vers vos articles ! 
Keisha par contre est moins enthousiaste. Dasola, par contrefait partie de celles qui avaient beaucoup aimé.

23 commentaires:

  1. Tout le monde a beaucoup aimé, personnellement certains passages m'ont plu, d'autres bien moins. Pourtant le sujet aurait dû me transporter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu la curieuse impression en terminant mon texte, qu'il était beaucoup plus enthousiaste que ce que je l'avais été en terminant le livre... L'ivresse de la plume je suppose ! Je vais rechercher ton article pour le mettre en lien.

      Supprimer
  2. Il m'attend depuis trop longtemps, je crois que j'ai un peu peur de la déception après "le garçon sauvage" que j'ai beaucoup aimé. Je prévois de le lire cet hiver .. dans la continuité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voudrais pas te décourager, mais cela a été le cas pour moi. J'ai de beaucoup préféré "le garçon sauvage" qui a une sincérité que je n'ai pas retrouvée avec autant de force aussi.
      Bonne lecture tout de même, Aifelle !

      Supprimer
  3. Heureuse que le roman t'ait plu, merci pour le lien. Il m'a ramenée dans les montagnes du Val d'Aoste et du Piémont où j'ai beaucoup marché. "Le garçon sauvage" est noté, qui remporte tous les suffrages. Bonne journée, Annie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania ! Je pense que tu seras ravie par "le garçon sauvage".

      Supprimer
  4. Comme le souligne Tania, des livres très situés géographiquement gagnent à ce qu'on ait parcouru les lieux, qu'on y ait des souvenirs. Ce n'est pas mon cas pour le Piémont et les Dolomites. Je garde néanmoins ce livre en mémoire, l'auteur est bien remarqué sur les blogs. Grâce au Médicis aussi. Et puis "Le garçon sauvage" (pas lu).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain, mais si on ne les connaît pas les livres nous donnes envie de le faire. Cela a été le cas pour moi pour les Dolomites et je ne l'ai pas regretté.

      Supprimer
  5. Malgré les avis enthousiastes que j'ai croisés, je n'ai pas été tentée par cette lecture, le thème je crois. Et puis souvent, il vaut mieux laisser un peu de temps pour lire des retours plus contrastés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de beaucoup préféré " le garçon sauvage" et comme toi je me méfie des engouements du moment !

      Supprimer
  6. Je l'avais bien aimé, bien que moins que Le garçon sauvage. J'avais retenu surtout la vision normale de la vie en pleine nature : une vie rude qui laisse peu de place aux sentiments. J'avais apprécié cette lucidité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage votre avis sur les deux livres, comme sur les réalités de la vie en montagne. Nous gardons souvent une vision beaucoup trop romantique des choses...

      Supprimer
  7. J'ai énormément aimé ce roman rythmé par les saisons. (pas lu Le garçon sauvage, pas encore du moins).
    J'espère que tu retrouveras bientôt la paix de l'esprit qui permet de respirer plus profondément, librement.
    je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Colo, de ta sollicitude ! Les vagues se calmant, je retrouve en effet, la paix de l'esprit ...et du coeur ! Tu devrais lire "Le garçon sauvage".

      Supprimer
  8. Qu'est-ce que j'ai aimé ce livre !

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Cela dépend où l'on habite ! Donc pas trop pour moi qui vit entourée de montagnes !

      Supprimer
  10. Bonsoir Annie, je fais partie de ceux qui ont aimé ce livre. J'ai été touchée par tous les personnages. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ajoute donc avec plaisir à la liste ! Je crois que j'ai un peu moins aimé car, auparavant, j'avais lu "le garçon sauvage", dont le sujet et le cadre sont proches en partie et le ton, plus personnel encore. Merci à toi d'être passée.

      Supprimer
  11. J'aavais vu passer différents billets mais vraiment pas intéressée. JE ne vois pas trop où le récit veut en venir, que veut-il dire..;

    RépondreSupprimer
  12. un roman que j'ai beaucoup aimé, la montagne aux vertus consolantes en effet et l'amitié
    c'est un très bon souvenir de lecture

    RépondreSupprimer