lundi 24 septembre 2018

IL N'Y A PLUS DE SAISONS !


Si, si, je lis encore, et dès que ce billet sera publié, je commencerai celui que je veux consacrer au "Circé" de Madeleine Miller, que je viens d'achever et qui m'a ravie.

Mais je vois des choses si curieuses durant mes balades en ce moment, que j'ai envie de les partager avec vous, toute prête par ailleurs à bénéficier de vos lumières.

Les Gourniers. Réallon. Hautes-Alpes.

Hier, donc, premier jour de l'automne, que rien, sinon un début de jaunissement de quelques feuilles n'aurait pu laisser soupçonner, je suis restée en arrêt devant un magnifique pommier.
Un vieux pommier, couvert de grosses pommes.
Et à ma stupéfaction voici ce que j'ai vu :




Une pomme, bien accrochée à sa branche, mais également ornée de quatre belles fleurs, telles qu'on les voit au printemps. 
Un peu plus loin, sur autre branche quelques fleurs s'ouvraient aussi.


Pour de bon il n'y a plus de saisons !

19 commentaires:

  1. ces photos m'enchantent mais j'avoue attendre Circé avec impatience car j'ai bien aussi l'intention de le lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque chose en son temps... Je progresse doucement dans mon article car il fait encore si beau que le jardin m'appelle. Mais ce sera fait à la fin de la semaine !

      Supprimer
  2. Que tes photographies sont jolies et rafraîchissantes. J'étais à Paris le week end dernier, gris-vent-bruine, c'était déprimant, mais je me dis que commence la saison des lectures au chaud, du douillet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, dans les Hautes-Alpes comme tu peux le voir c'est soleil et ciel bleu parfait depuis le début septembre : j'ai l'impression "d'user" l'été mais c'est si bon malgré ce que cela signifie...

      Supprimer
  3. Une pomme et des fleurs, j'avoue n'avoir encore jamais vu ! je vais faire attention, mais vu le climat normand, je ne pense pas constater le même phénomène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout cela te fait beaucoup, beaucoup de pommiers à regarder !

      Supprimer
  4. La douceur automnale rend les arbres fous! Merci d'avoir vu ça. Je vais scruter mes arbres, qui perdent leurs feuilles d'ailleurs. En attendant je ramasse les noix, pas de fleurs en vue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que la récolte de noix sera bien belle cette année. Ici les noyers ploient et les poiriers également.

      Supprimer
  5. Je me faisais une remarque similaire dimanche en suivant le sentier du littoral vers la presqu'île de St Mandrier : est-on vraiment en automne, ou bien dans un nouveau type de printemps ?
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on ne sait plus. Ici les fleurs sont partout. Cependant quelques signes que l'automne est là depuis quelques jours : comme la disparition des lézards qui ont dû regagner leurs quartiers d'hiver quelque part sous terre.

      Supprimer
  6. En me promenant ce matin je me suis posé la question de la saison avant de me rendre compte qur nous sommes en automne!! Mais tout est fleurie 🌸🌷

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout est fleuri. Ici il fait beau et chaud, nous gardons les habits d'été et les fenêtres restent ouvertes la nuit. Comme d'habitude tout va changer en quelques jours, mais quand ?

      Supprimer
  7. Oui, c'est dingue quand même, mais bon, quand même, les matinées et les soirées sont bien fraîches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas trop ici. Nous continuons à prendre nos trois repas dehors...

      Supprimer
  8. The apple tree does not know whether it is Spring or Autumn! It is pleasant to stumble upon a surprise like that while on a walk!

    RépondreSupprimer
  9. It was the first time in my life !

    RépondreSupprimer
  10. Ohhh, qu'admirer alors du fuit ou de la fleur? Croquer cette dernière?
    Magnifique!

    RépondreSupprimer
  11. Il faut bien entendu se garder de tirer des conclusions hâtives et laisser les réponses aux scientifiques. Le réchauffement climatique devient néanmoins un vrai problème qui se remarque à une foule de détails.

    RépondreSupprimer
  12. A qui le dis-tu ! Réchauffement climatique, moi, je n'en doute pas ! 30° en Provence au mois de septembre et début octobre, sècheresse, mais le pire (pour moi parce qu'ils m'adorent) des insectes piqueurs, moustiques, aribis..., qui continuent leur travail de vampire au-delà de l'été. Et là, c'est trop !
    ah! s'il n'y avait que les fleurs tardives !

    RépondreSupprimer