mardi 19 septembre 2017

LE POTAGER





" Entre de vieux pommiers et d'épais buissons de groseilliers, des choux à tête ronde mettaient des taches vert pâle ; le houblon s'enroulait à des échalas ; les plates-bandes se hérissaient de rames brunes où s'enchevêtraient des pois desséchés ; d'énormes citrouilles semblaient se vautrer sur le sol ; des concombres jaunissaient sous leurs feuilles pointues, poussiéreuses ; de hautes orties se balançaient le long de la clôture ; en deux ou trois endroits, des touffes de chèvrefeuilles, de sureaux, d'églantiers rappelaient les parterres d'autrefois. Près d'un vivier, rempli d'une eau visqueuse et rougeâtre, on voyait un puits entouré de flaques où les canards barbotaient, affairés ; un chien, tremblant de tout le corps, les yeux à demi clos, rongeait  un os sur une pelouse; une vache pie broutait l'herbe d'une langue paresseuse, en balayant de la queue son échine efflanquée."



Ivan TOURGUENIEV
"Mémoires d'un chasseur"

dimanche 17 septembre 2017

MEMOIRES D'UN CHASSEUR





Auteur : Ivan TOURGUENIEV
Traducteur : Henri MONGAULT
Préface : Pierre Moinot 1
Editions : Gallimard Folio classique n°1264


Si quelques jours auparavant je n'avais pas lu avec admiration "Premier amour" et souhaité, dans la foulée, découvrir d'autres ouvrages de Tourgueniev, je pense qu'il ne me serait jamais venu à l'idée d'ouvrir "Mémoires d'un chasseur", tant je suis peu attirée par cette activité, faisant preuve, par la même occasion, d'une bien grande sottise.

Car c'est un livre étrange et merveilleux, dans lequel la chasse n'est en fait qu'un prétexte pour nous faire découvrir la Russie rurale de ce milieu du XIX e siècle, un peu avant et après la promulgation de "la Grande Réforme"(1861), qui abolit le servage en Russie.
L'ouvrage n'a pas été composé d'un seul tenant : il s'agit de la compilation de 25 essais, le mot le plus juste étant peut-être "tableaux", écrits par Tourgueniev entre 1847 et 1875, parus  pour la plupart, au fil de leur écriture dans la revue "Le Contemporain".

Sur les pas de notre chasseur et de ses chiens nous parcourons donc plaines et forêts, dormant parfois à la belle étoile, parfois dans des auberges, le plus souvent dans les maisons de campagne de ces propriétaires, hobereaux ou petits seigneurs,  dont Tourgueniev, lui-même, faisait partie. L'occasion de rencontrer dans une nature somptueuse,  maîtres et moujiks,  de découvrir les liens cruels qui les unissent  mais aussi, que tous partagent  la même humanité, perspective renversante, dans un monde où les seigneurs voyaient plutôt leurs "âmes"* comme "des espèces d'arbres qui marchent" ou "d'animaux qui parlent"1

Or, Tourgueniev en fait des héros, au même titre qu'eux. Et c'est même une  femme au dernier niveau du dénument, qui apparaîtra comme le visage de la sainteté. Rien de bien choquant, lorque chaque histoire est lue à distance des autres, au fil de la parution dans la revue, mais l'effet est tout autre quand on les trouve regroupées dans le même ouvrage. L'empereur Alexandre II lui-même ne s'y trompa pas, faisant dire à Tourgueniev, que son livre avait été un grand motif de sa détermination à engager sa réforme.

Ne croyez surtout pas cependant, qu'en ouvrant cet ouvrage vous allez vous lancer dans une lecture austère. Tout au contraire, vous allez être porté par un ton doux, souriant, parfois juste ironique. Vous allez vous laisser porter par un style magnifique, qui fait tout le  grand bonheur de cette belle lecture.


* J'ai découvert à cette occasion le sens du mot "âme" employé  pour évaluer la fortune des propriétaires terriens, dans un monde où l'on ne dissocie pas les hommes de la terre. Je pensais, qu'il s'agissait de tous les serfs (hommes, femmes, enfants) qui vivaient sur un domaine, mais ce terme est en fait réservé aux seuls hommes pour lesquels le propriétaire payait la capitation.  En 1850, près la mort de sa mère, la terrible Varvara Petrovna,  Tourgueniev devint le maître de 5000 âmes, qu'il affranchit en partie.  

samedi 9 septembre 2017

UN BESTIAIRE FANTASTIQUE


Les routes du Cantal réservent de bien belles surprises.
Le château de La Trémolière, dans le village d'Anglards-de-Salers est l'une des plus agréables d'entre-elles.

Imaginez une gentilhommière typique de la fin du règne de Louis XIV : murs en basalte, tourelle et mâchicoulis, construite et remaniée entre la fin du XVe siècle et celle du XVIIe.

On s'attend à voir passer une fée...

Source : RégionFrance.com
L'idée, n'est pas totalement vaine.

En 1860, la commune souhaitant y établir un presbytère, achète le château à la famille de Montclar.
Quelques temps plus tard, le curé prend possession de son nouveau domaine et découvre dans le grenier un trésor : douze  tapisseries tissées en laine et en soie, sur des métiers de basse lisse, dans les ateliers d'Aubusson, probablement à l'occasion du mariage, le 8 octobre 1586, de Rénée de Chalus d'Orcival et de Guy de Monclar.

Dix d'entre elles ont pu être restaurées et constituent l'une des plus belles séries aujourd'hui conservées de "Verdures à animaux", caractéristiques de la production d'Aubusson.

Ce sont elles que nous pouvons aujourd'hui admirer dans les salles du château.


Dans un paysage luxuriant composé d'arbres, de plantes et d'herbes, dont les superbes "feuilles de choux", qui sont le leitmotiv de l'ensemble, s'ébattent animaux réels et fantastiques, au regard parfois si étrangement humain, tandis que maisons, châteaux, églises, d'inspiration flamande, limitent les lointains.


Source : point.contrepoint.com

Ici se mêlent licornes, dragons, griffons, hydre à trois têtes, girafes, singes, ours, panthères, renards, chevaux, chiens, lapins, écureuils,  mais aussi paons, dindons, canards, cygnes, anguilles, papillons.... certains s'ignorant, d'autres s'entre-dévorant.


Source : aubusson-tapisseries.fr

Tout baigne dans les magnifiques tons bleu-vert, produits notamment par la Guède (bleu) et la Gaude (jaune), qui confèrent à l'ensemble un mystère et une fraîcheur sans pareil.

Je suis sortie de cette visite éblouie, pour découvrir une autre merveille : le jardin contemporain d'inspiration médiévale, réalisé par Eric Ossart et Arnaud Maurières, qui porte le nom de "Verger de Déduit", en référence au "Paradis d'amour" décrit par Guillaume de Lorris en 1230, dans son "Roman de la Rose".




Comme nous, le narrateur traverse divers enclos, pour aboutir à une fontaine, dans laquelle il aperçoit le reflet d'une rose...


Pour terminer, il faut ajouter que l'accueil est particulièrement aimable et que la jardinière n'hésite pas à vous donner des boutures si vous avez la main verte...

Que demander de plus ?

Château de la Trémolière
15380 Anglards-de-Salers
04 71 40 05 72 ou 04 71 40 00 02,  pour connaître les horaires d'ouverture suivant les saisons.

lundi 4 septembre 2017

DEUX HOMMES DE BIEN







Titre original : Hombres buenos -2015
Auteur : Arturo PEREZ-REVERTE
Traducteur : Gabriel IACULLI
Editions du Seuil 2017-502 pages


Voici un livre que l'on lit de bout en bout, un sourire de plaisir aux lèvres. Cinq-cent-deux pages tout de même, ce n'est donc pas rien.

De Madrid à Paris et retour, dans un XVIIIe siècle déjà bien avancé, nous allons suivre les aventures de deux respectables membres de l'Académie royale espagnole, envoyés par celle-ci en mission à Paris, pour y acheter et ramener à Madrid un exemplaire de l'édition originale de l'Encyclopédie éditée par Diderot, d'Alembert et Le Breton,  28 volumes, que cette sage assemblée, malgré l'interdiction qui  frappe cet ouvrage, trouve nécessaire "pour l'édification et le plaisir de de messieurs les académiciens, l'émulation de leurs travaux et l'honneur de cette docte institution".

Bien entendu cette décision n'est pas du goût de tout le monde, notamment de celui de deux de leurs collègues, qui, opposés à l'esprit des Lumières pour des raisons pour le moins  opposées, vont s'allier et confier à un homme de main, la tâche de leur barrer la route.

Nous voici donc  bringuebalant dans un coche de voyage sur les routes d'Espagne et de France, nous arrêtant dans des auberges plus ou moins sordides, puis découvrant Paris, pas encore révolutionnaire, dans tous ses contrastes, des ruelles les plus lamentables aux quartiers les plus huppés.

Nous rencontrons un ambassadeur ladre, une tête brûlée d'abbé, des libraires plus ou moins libertins, --pardon philosophes-, un policier complaisant pour ne pas dire verreux, une belle dame qui tient salon...

Et bien sûr recherchons cette fichue encyclopédie, dont apparemment il ne reste plus que quelques volumes dépareillés.

Entrecoupant le récit, l'auteur nous en conte un autre, plus personnel celui-ci mais tout aussi passionnant : la genèse de son projet, les recherches et les rencontres faites pour le mener à bien.

Sautant du passé au présent, du réel au fictif, nous restons constamment sous le charme de ces deux hommes aussi différents l'un que l'autre, que réunit cependant leur indéfectible courtoisie, leur ouverture d'esprit, leur honnêteté, sans parler de la respectueuse amitié, qui très vite les lie.

Un vrai régal.


JE REPARS



Peut-être plus lentement, peut être différemment, mais je repars ...


dimanche 20 avril 2014

CLAP !








D'une pause  bien involontaire à une pause volontaire, il n'y a qu'un pas que je franchis aujourd'hui.
Et comme je ne suis pas encore certaine de vouloir  écrire "Fin" sur l'ardoise, je préfère laisser celle-ci vide en attendant d'y voir plus clair.
Merci pour vos passages, merci pour vos commentaires, merci pour vos livres prêtés !
De toute façon, à bientôt sur vos blogs...

dimanche 2 mars 2014

UN LIEVRE... SANS TORTUE


Dans la neige fraîche - La Chalp de Crévoux - Hautes-Alpes. France