mercredi 21 mars 2018

CELUI QUI VA VERS ELLE NE REVIENT PAS




Titre original : "All who go do not return" Graywolfpress -2015-
Auteur : SHULEM DEEN
Traduction : Karine REIGNIER-GUERRE
Editions : Globe, l'école des loisirs -2017- 409 pages.


Il m'a suffi  d'un regard sur la couverture pour savoir que ce livre était fait pour moi.
Ce qu'ont  immédiatement confirmé la lecture de la présentation de l'ouvrage au dos ce celle-ci et la phrase qui inaugure le premier chapitre :

"Je ne suis pas le premier à avoir été banni de notre communauté". 

C'est en effet à un long et douloureux parcours que nous invite l'auteur, tout en nous faisant découvrir "l'une des communautés hassidiques, les plus extrêmes et les plus isolées des Etats-Unis", dans laquelle il a vécu la fin de son adolescence et les presque deux premières décades de son âge adulte.

Contrairement à ce que pourraient nous faire croire ces hommes en caftan noir et chapeau de fourrures qui déambulent devant nos yeux, nous ne sommes pas dans un quartier orthodoxe de Jérusalem, ni dans des temps fort anciens, mais à New SquareConté de Rockland, Etat de New-York, des années 1980 à aujourd'hui .


Isidore Kaufmann (1853-1921). "Un garçon de la yeshiva". 


Né à Brooklyn en 1974, de parents devenus ultra-orthodoxes mais dont la prime jeunesse l'a été un peu moins, Shulem DEEN, après quelques épisodes houleux,  choisit lui-même à 13 ans, d'entrer dans la yeshiva de la communauté Skver de New-Square.
Il compte y étudier la Loi et s'adapte sans trop de mal à ce monde replié sur lui même, dans lequel l'autorité du Rebbe ne peut être contestée, pas plus que sont contestables  les vérités enseignées par la Torah et le Talmud.



Marc Chagall : "Le rabbin"

Source : Artvalue.com


Car la communauté, contrairement aux principes hassidiques des premiers temps, adhèrent totalement à cette injonction :


"Tout ce qui est nouveau est interdit par la Torah".

Pas d'enseignement de l'anglais, ni des mathématiques, ni de matières  professionnelles profanes.
Ici, on ne parle, on n'écrit on ne lit qu'en yiddish, on n'étudie que les textes et leurs commentaires.
Pas de télévision ni de radio bien sûr, pas de cinéma non plus  et encore moins d'ordinateur.
La règle en ce monde : on ne pose pas de questions, puisque les réponses sont déjà toutes là.



Menahem Krief (1928) "Le mariage hassidique"


Mais voilà Shulem DEEN ne peut s'empêcher de la faire. 
Son mariage arrangé lorsqu'il  a 19 ans, sa famille s'agrandissant la nécessité de gagner sa vie, la découverte de la médiathèque de la ville voisine, puis celle de l'informatique qui le passionne, ses discussions avec un ami, sa révolte devant des actes d'intolérance, tout simplement la curiosité de son esprit, vont peu à peu le conduire à remettre en question tout ce sur quoi il avait fondé sa vie.

Le chemin ne sera pas simple, la communauté ne sera pas tendre et le mot est faible.
La conclusion temporaire très cruelle, pour cet homme qui se sent profondément père.
Mais il a tenu, mais il a su s'entourer et entourer, il continue à lutter et attend, en nous donnant cette magnifique leçon de courage et de patience, de mesure et de loyauté.     
   
J'espère que Shulem DEEN,  dans les années qui viennent, nous donnera de ses nouvelles et de celles  ses enfants.


Dominique a également beaucoup aimé.


16 commentaires:

  1. merci à toi pour le lien
    un des livres qui m'a profondément marqué, j'avais lu en 2013 une histoire proche qui m'avait beaucoup touché : je suis interdite de Anouk Markovits toujours lorsque la foi devient contrainte on abouti à des désastres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait normal, Dominique ! Ton article m'a rendue d'ailleurs attentive à la présence de ce livre en librairie, près de chez moi !
      Moi aussi j'ai été terriblement émue. C'est tellement incompréhensible (pour moi) !

      Supprimer
  2. Il est dans ma PAL, je crois que je vais attendre cet été pour le lire ; il est assez gros et je voudrais m'y immerger complètement.

    RépondreSupprimer
  3. Il mérite d'être lu avec attention, autant pour ses qualités humaines que pour les informations fournies sur le hassidisme... Pas toujours simple ! Mais tu te régaleras.

    RépondreSupprimer
  4. Même si c'est difficile, on peut comprendre que certains croyants aillent jusqu'à cet intégrisme extrême. Mais l'imposer à leurs enfants !
    Je ne sais si j'aurai le courage de lire ce livre, j'avais été choquée par le roman d'Eliette Abecassis sur son impossible divorce et cette intolérance.
    Dominique et toi en dites du bien, je feuilletterai cet essai à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je ne pense pas qu'ils se posent même la question : ils ont la vérité et leurs enfants n'ont donc pas d'autres chemins possibles. C'est le propre des extrémismes, hélas.
      Ce livre, cependant se lit facilement, car l'auteur, au contraire fait preuve de beaucoup de tolérance et de compréhension. C'est un beau livre.

      Supprimer
  5. L'intolérance est partout, dans toute religion.
    Lu sur l'éducation des filles Hassidites un livre qui m'avait horrifiée et qui se passe aux Etats-Unis aussi : Hadassa de Miriam Baudouin.

    RépondreSupprimer
  6. C'est certain, ou au moins dans la plupart d'entre-elles. Mais là les contraintes sont particulièrement nombreuses et tatillonnes : aucun aspect de la vie n'est épargné.
    Merci pour ce titre !

    RépondreSupprimer
  7. Les gens qui vivent "à part", de façon différente m'intéressent toujours beaucoup. Je le lirai, merci.

    RépondreSupprimer
  8. Il te plaira alors, car c'est vraiment un autre monde, effrayant sur bien des points, fascinant aussi !

    RépondreSupprimer
  9. Intolerance in the name of religion is something I cannot ever wrap my mind around, although I have read several memoirs and novels based on lives lived inside such constraints. I will look to see if this one is available in English.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes it is, Sallie ! The title is : "All who go do not return" and was edited by Graywolfpress in 2015. It's a very interesting and moving book. Amitiés.

      Supprimer
  10. Merci de votre passage d'hier et de votre si gentil commentaire.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  11. Encore un livre que j'ai dévoré. En fait (et je n'ai pas d'actions chez eux ! ^_^) c'est l'éditeur globe qui a du flair, j'espère qu'il continuera.

    RépondreSupprimer
  12. Il a l'air très intéressant et complet.

    RépondreSupprimer