mercredi 24 janvier 2018

LA GUERRE ALLEMANDE. Portrait d'un peuple en guerre. 1939-1945




Titre original : "The German War- A Nation under Arms, 1939-1945 " 
Auteur : Nicholas STARGARDT
Traduction : Aude de SAINT-LOUP et Pierre-Emmanuel DAUZAT
Editions : La librairie VUIBERT  2017 -797 pages.



En 1983, paraissait aux éditions Fayard, l"Atlas Stratégique" de Gérard Chaliand et de Jean-Pierre Rageau. Celui-ci débutait par cinq pages de cartes regroupées sous le titre "Les visions du monde", qui présentaient celui-ci, tel que le voient en planisphère, l'Amérique du Nord,  feue l'Union Soviétique, l'Europe, la Chine et le monde arabo-musulman.
Ces points de vue différents, furent pour moi une découverte, un véritable choc, habituée que j'étais à voir le monde, réparti de part de d'autre de notre continent.

J'ai ressenti le même déséquilibre, en lisant le livre de Nicholas STARGARDT, qui comme l'indiquent titre et sous-titre aussi importants l'un que l'autre, présente la seconde guerre mondiale, telle que l'a vécue le peuple allemand, sur les fronts comme au coeur du pays mais également pourquoi  celle-ci  était justifiée à ses yeux.

En suivant un plan parfaitement chronologique, des prémices à l'effondrement final, l'auteur parvient à la fois, chapitre par chapitre, à décrire l'enchaînement des évènements et les réactions,  positives ou négatives des soldats comme de la population civile.

Pour ce faire Nicholas STARGARDT, s'est appuyé sur une vaste documentation,  des livres bien sûrs, mais également des journaux intimes, des lettres échangées entre époux, amants, parents et enfants, restés chez eux, déplacés, ou sur le front. 
On peut ainsi, peu à peu, suivre leur parcours (pas toujours complet) et découvrir l'évolution de quinze "personnages principaux", de profils contrastés, issus cependant majoritairement des classes moyennes, parfois supérieures, du menuisier de Thuringe au professeur d'université, en passant par la jeune et coquette photographe chargée de faire des clichés de propagande. 
Ils ont tous les âges, de l'adolescence à l'âge mûr,  sont protestants ou catholiques, certains sont juifs, partagent l'idéologie nazie totalement, peu ou pas.
D'autres témoignages plus ponctuels, complètent également ce tableau complexe qui mène souvent à s'interroger sur la nature de telle ou telle réaction, allemande ou seulement humaine, dans ce que ce mot à de moins brillant.

Si l'on se demande durant un moment s'il est possible de tirer  des conclusions générales d'un échantillon aussi restreint, on comprend vite que ces témoignages permettent surtout d'introduire magistralement la complexité  de l'humanité dans un corpus de connaissances -il y a près d'une cinquantaine de pages de bibliographie- toujours en construction, mais déjà bien établies.

M'ont particulièrement frappée :

- La volonté farouche et partagée de ne pas imposer à la génération suivante les affres de 1918.

- L'habilité diabolique, de la propagande, martelant année après année, que l'Allemagne était attaquée  par le capitalisme, puis le bolchevisme, juif international,"en vue de garder leur nation dans l'esclavage qui était le sien" depuis cette date.

- La façon dont Hitler, "pacificateur (autoproclamé) frustré",  s'est appuyé  "constamment sur le désir de paix des Allemands et les intentions de paix" pour "... doter le peuple allemand de l'armement toujours nécessaire pour fonder l'étape suivante". Il s'agit bien entendu du discours qu'Hitler répétait à l'envie, pour modeler l'opinion publique et y parvenir.

- La croyance qui en découle jusqu'en 1942, pour la majorité des Allemands que "la guerre demeurait encore une guerre de défense nationale".

- Le sentiment profond  jusqu'à la fin du conflit, fortement renforcé, après les bombardements des villes allemandes, d'être des victimes,  permettant de justifier, parfois inconfortablement, que "la guerre [soit] devenue impériale et génocidaire".

- A partir de 1941, ce que l'auteur nomme "le secret partagé", c'est à dire  le sort réservé aux Juifs. Comme l'écrit dans son journal, une jeune journaliste, en comparaison des bombardements et du rationnement la " grande masse de la population est indifférente, voire approuve, l'éradication des Juifs", même si inversement, certains, craignent d'être allés trop loin et de devoir payer pour cela.

- L'attitude, parfois courageuse, souvent  très qu'ambigüe des églises catholique et protestantes.
A l'inverse, les positions pacifistes affirmées jusqu'à la mort,  des Témoins de Jéhovah et de quelques opposants comme ceux du mouvement de "La Rose Blanche".

- L' organisation presque sans faille , des services d'aide à la population.

- Le jusqu'au boutisme de la plupart des dirigeants, pour lesquels contre toute évidence, il fallait "tenir", quitte à sacrifier pour cela, des milliers d'hommes, d'adolescents, voire d'enfants.

- Le démantèlement de la solidarité nationale "sous la force de l'invasion alliée", entraînant, l'exacerbation des "fidélités locales", avec sa suite d'exactions parfois terribles entre concitoyens : pillage, viols, exécutions... 

- La guerre terminée, les "barrières de silence" qui s'élèvent entre les générations à propos des calamités que les plus anciennes ont  provoquées, tout en en souffrant elles-mêmes. 


C'est curieusement un livre facile et difficile à lire. Si le style est très clair, l'enchaînement des horreurs est, comme toujours sur ce sujet, accablant.
Mais ce sont surtout les réactions des acteurs,  de cette  tragédie, qui rendent le parcours ardu. Adhésion farouche ou plus molle, engrenage infernal, déchaînement des instincts les plus vils, inconscience coupable, remords souvent vite écartés.... On s'y perd, on s'interroge, bien persuadé au fond de soi, que tout peut recommencer ici ou ailleurs.


Peinture rupestre : la guerre à la préhistoire.
Source : doltopamartsplat.overblog.com

Pour terminer tout de même sur un sourire, voici la dédicace laissée par mon petit-fils de 19 mois, sur la page de garde, découverte juste au moment où je refermais ce livre, en soupirant.



Un futur historien ?

14 commentaires:

  1. Historien ? Qui sait ? Sa grand mère s'intéresse bien à l'histoire !

    Attitude plus qu'ambigüe, le pape a été averti de ce qui se passait dans les camps sans intervenir et c'est par la filière du Vatican que certains nazis sont parvenus à s'enfuir.
    Les opposants ont été très vite supprimés (en particulier le parti communiste a été interdit dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933 et les opposants communistes internés dans des camps Dachau 1933).
    Après "il ne restait plus personne pour protester.". Tu connais le poème du pasteur Martin Niemöller "Quand ils sont venus chercher... "?

    L'échantillon est peut-être restreint mais le peuple qui a adhéré aux idées d'Hitler ne l'était pas. Et le lavage de cerveau des jeunes était terriblement efficace. Ils dénonçaient même leurs parents.
    Si bien que ce livre fait à partir de lettres et de témoignages est certainement très fiable. Et tu as raison de le signaler, ceci n'est pas très rassurant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Claudialucia, je me suis rafraîchi la mémoire en le relisant !

      Supprimer
  2. Un ouvrage certainement utile pour découvrir d'autres points de vue sur la seconde guerre mondiale, le rôle de La propagande nazie, l'enrôlement des plus jeunes, etc. Je note ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que cela en vaut la peine. Il y a quelque chose de surréaliste aussi, à certains moments, entre les descriptions des combats sur le front russe par exemple et la légèreté de certains civils. Mais c'était probablement partout la m^me chose, dans les pays non envahis.

      Supprimer
  3. C'est toujours intéressant et troublant de découvrir le point de vue des "autres" et le décalage avec le nôtre. J'avais été marquée par une autre lecture qui montrait bien cette manipulation progressive d'un peuple et son musèlement, je ne sais pas si tu connais : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2013/10/08/28170700.html

    RépondreSupprimer
  4. Non, je ne le connaissais pas, mais l'ai noté. Merci, Aifelle !

    RépondreSupprimer
  5. le genre de livre qui trouble certainement, j'ai acheté récemment deux livres sur le sujet ou du moins très proches mais je ne les ai pas encore lu
    je retiens celui là en tout cas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est un livre qui t'intéresserait !

      Supprimer
  6. Mêler la grande et la petite histoire donne des frissons : on s'y voit souffrir.
    Votre retour au présent (l'écriture du petit-fils) vient comme un soupir de soulagement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soulagement en effet, au moins passager ! Car hélas on sait déjà, que tout peut recommencer.

      Supprimer
  7. Everybody over here should be reading this book right now.... too chilling and too close to home.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You are right, Sallie ! This book is chilling. It seams that just a few persons remember these terrible events.

      Supprimer
  8. Je le note moi aussi, bien que je me sois jurée de ne plus rien lire sur ce sujet. Il est arrivé un moment où je me suis dit: je sais tout ce qu'il faut savoir, le reste me heurte, me blesse tant ou me fait honte ou m'horrifie.
    Peut-être changerais-je d'avis, qui sait?
    Merci Annie.

    RépondreSupprimer
  9. Je comprends tout à fait ta réaction Colo.
    De mon côté, je crois que je cherche toujours une réponse à la question : "Comment cela a-t-il été possible ?" D'où mes lectures, encore et toujours sur ce sujet et d'autres approchants.
    Plus je vieillis plus je pense, qu'hélas, dans la nature humaine il y a aussi cela. Les évènements des dernières années ne font en plus que me confirmer dans mon sentiment. Pas très réjouissant !

    RépondreSupprimer