vendredi 8 décembre 2017

AVEC LES COULEURS ET LES LIGNES...


"Avec les couleurs et les lignes, je voudrais que mon travail soit comme une fleur dans une forêt et un chant d'oiseau en montagne, pour que les visiteurs se sentent apaisés et soulagés. J'ai donc essayé de composer un univers pictural tout en simplicité et sobriété, tout en richesse intérieure, comme au temps des pièces grégoriennes."






C'est en ces termes que l'artiste et moine dominicain d'origine coréenne KIM EN JOONG, définit l'oeuvre qu'il a réalisée entre 2004 et 2008, en collaboration avec les ateliers Loire de Chartres, dans la basilique Saint-Julien de Brioude.
Trente-sept vitraux pour remplacer ceux du XIXe siècle, qui occultaient les baies du narthex et de la nef, depuis les destructions de la Révolution, "l'une des plus importantes créations de ce genre en Europe."






Pas question de didactisme ici, mais le souhait de saisir les âmes, de chercher aussi "à créer une harmonie totale évoquant une continuité du XIe au XXIe siècle."

Bien sûr on est saisi en les découvrant, ébloui aussi par la beauté des couleurs.

Très vite, on perçoit la force de vie qu'ils portent en eux.

Reflets sur les pierres,




reflets sur les murs,


Ajouter une légende


qui animent la basilique, en suivant la course du soleil.

Un lieu rendu vivant en quelque sorte, si loin des atmosphères compassées de tant d'autres  monuments religieux.

Celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur cet artiste peuvent consulter ici, le site qui lui est consacré.

Pour moi ce fut un réel coup de foudre.




11 commentaires:

  1. Dans un autre genre, ça me fait penser à Soulages à Conques. Ce sont des vitraux modernes qui s'intègrent très bien aux vieilles pierres ; j'aime ces mélanges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, mais cela ne semble pas êtrele cas de tout le monde....Quand je suis allée rendre la clé de La chapelle Saint-Michel à l'office du tourisme, on m'a tout de suite demandé ce que j'avais pensé de la basilique "Superbe !". Et tout de suite après sur un ton de voix beaucoup plus prudent, limite craintif : "et les vitraux ?". Après ma réponse enthousiaste, j'ai ressenti chez mon interlocuteur comme un soulagement...

      Supprimer
  2. Comme Aifelle je trouve le mélange très réussi
    les couleurs sont magnifiques
    j'ignorais totalement le nom de cet artiste merci à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en as le temps, Dominique, lis la réponse laissée à Aifelle...
      Je ne connaissais pas cet artiste avant non plus. J'ai l'intention d'aller visiter l'abbaye de Ganagobie, pas trop loin d'ici, où il a également oeuvré.Bon dimanche.

      Supprimer
  3. Que c'est beau Annie, je comprends si bien que tu aies été séduite!
    La course du soleil qui entraîne celle des couleurs...magie!
    Bon week-end!

    RépondreSupprimer
  4. Merci Colo. Pour tout dire c'est la première fois que je voyais un tel phénomène. Et pourtant j'en ai visité des églises...
    C'était comme si un esprit bienveillant habitait les lieux. Comment mieux définir un lieu saint pour ceux qui partage cette foi et même ceux qui ne le font pas, dont je fais partie.

    RépondreSupprimer
  5. Une merveille les couleurs des vitraux; j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  6. Ce Dominicain a aussi créé des vitraux pour la cathédrale Saint Paul à Liège. Les couleurs de ceux que tu nous montres ici sont particulièrement vives - j'aime ces couleurs que la lumière dépose sur les vieilles pierres en les traversant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai donc plus qu'à me rendre à Liège, pour poursuivre la découverte de son oeuvre !
      Pour ma part je n'avais jamais admiré de tels reflets, particulièrement les mauves.
      Bonne soirée Tania.

      Supprimer
  7. Quelle belle citation, et qu'ils sont délicats ces vitraux. La lumière doit être merveilleuse. ( elle me décide à enfin commenter sur tes pages ). Je garde un souvenir émerveillé de la lumière bleue d'une église allemande donnée par des vitraux de Chagall.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, c'est tout à fait cela, Marilyne, de l'émerveillement ! Merci pour ton commentaire.

    RépondreSupprimer