vendredi 14 février 2014

LE BAZAR D'UN POETE






Titre original : "En digters basar"
Auteur : Hans Christian ANDERSEN
Traducteur : Michel FORGET
Editions : Corti - Domaine romantique - 2013 / 435 pages


Le 31 octobre 1840, Hans-Christian Andersen s'embarque  à Copenhague pour un très long périple à travers l'Europe et "l'Orient".
S'il n'est pas encore l'auteur des "Contes et Histoires" qui le rendront universellement célèbre, c'est un jeune écrivain de trente-cinq ans à la réputation déjà flatteuse, poussé par un irrésistible besoin de changer d'air, comme chaque fois qu'il se sent malheureux, une double blessure d'amour et d'amour-propre cette fois.
Pas moins de neuf mois lui seront nécessaires pour traverser l'Allemagne et l'Italie, déjà visitées quelques années plus tôt, la Grèce, nouvellement libérée du joug Ottoman, qu'il découvre avec émerveillement, une partie de l'actuelle Turquie , dont bien sûr Constantinople, avant d'entreprendre un périlleux voyage de retour, en bateau, sur la mer Noire et le Danube.

Source : Bibliothèque Sainte-Geneviève. Paris

Comme d'habitude, ce n'est qu'une fois au port,  fin juillet 1841, qu'il rédigera le récit de son voyage ou plutôt qu'il donnera forme en une succession de courts chapitres, aux souvenirs qui l'ont le plus marqué.
Un bazar, oui, un joyeux mélange de tableaux croqués sur le vif, et bien qu'il regrette amèrement de ne pas l'être - "Que ne suis-je peintre ?"-, Andersen nous offre des croquis merveilleux, de relations de rencontres prestigieuses - Liszt, les souverains de Grèce - ou non, traitées avec la même acuité, quelques très courtes nouvelles ou contes.
Et toujours beaucoup d'enthousiasme : pour la nature et ses beautés douces ou cruelles, les Apennins, les cascades de Tivoli, le Stromboli, les Cyclades, le Bosphore, la mer Noire, le Danube... pour toutes ces villes traversées, Augsbourg, Nuremberg, Munich, Rome, Naples, Athènes, Smyrne, Constantinople, Pest, Buda, Vienne... pour ces monuments imaginés et aujourd'hui découverts, le Colisée, l'Acropole... pour toutes les nouvelles techniques aussi, le chemin de fer, le bateau à vapeur, le daguerréotype... qui rendent ce siècle si intéressant.
Par- dessus tout un regard curieux et bienveillant - à quelques exceptions près ! - portés sur les autres : leurs costumes, leurs coutumes, leurs fêtes, leurs rites aussi étonnants soient-ils pour ce luthérien, habitant de l'exotique Danemark, qui ne s'offusque pas d'être pris par tous pour... un américain.

Constantinople. Source : site ARTE

Si la nostalgie pointe, c'est juste pour un très court moment : le voyage est éreintant, les quarantaines assommantes - la peste rode encore en ce temps - il faut toujours quitter les amis à peine ceux-ci rencontrés, celle qu'on croit aimer se marie bien loin d'ici en cet instant, la mort peut nous saisir brusquement comme elle vient de le faire pour la très jeune, très belle et très talentueuse Malibran.
Car bien sûr en parlant des autres Andersen parle également de lui-même : sa vanité transparaît parfois - nul n'est parfait- mais  c'est surtout son attention aux autres, humains ou animaux, que l'on retient, comme son regard aiguisé  et son imagination rapide qui savent métamorphoser en un instant une cruche d'argile et une enfant :

"Je ne crois pas que j'aurais été bien surpris si le petit cheval d'argile, avec son oiseau derrière l'oreille, avait soudain pris vie, s'il avait grossi et s'était transformé en grand cheval capable de nous porter, la petite Zuleika et moi, et de nous enlever dans les airs, au-dessus de la mer de Marmara, et pas davantage si, à peine au sol parmi la myrte, la petite s'était transformée en grande jeune-fille, aussi ravissante qu'au temps de son enfance et aussi ardente que le soleil qui avait déposé ses rayons dans ses yeux noirs."

Un très beau voyage, donc, en très bonne compagnie, que je vous recommande vivement !


Merci à Nicole pour ce cadeau et merci, en tout premier lieu, à celui sans qui ce voyage nous serait probablement resté totalement étranger.

14 commentaires:

  1. À l'époque c'était une (belle) aventure, alors qu'aujourd'hui, cela paraît presque commun de faire un périple européen... En si bonne compagnie, je le ferai volontiers.

    J'imagine le refaire en voiture aujourd'hui: bien préparé ce pourrait être une aussi belle découverte, je ne connais ni la Sicile, ni la Turquie ni les pays qu'il a parcouru au retour. En tous cas, ce périple me fait gamberger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle bonne idée !
      Le livre de Claudio Magris, "Danube" lu il ya vingt-ans, m'avait donné la même envie, toujours pas suivie d'effet, mais je ne désespère pas !

      Supprimer
    2. Qu'il a parcouruS (je m'en veux de commettre ces fautes que je désespère de trouver chez les autres).

      Les projets de grands périples font partie de nos rêves, qu'importe si nous ne les réalisons pas, il sont surtout le symptôme que nous allons bien, non ? Faire des grands projets...au printemps presque. Aah !

      Supprimer
  2. Voilà qui m'intéresse, j'aime beaucoup voyager avec un écrivain et je ne connais d'Andersen que ses contes, raison de plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il ne faut pas hésiter, car c'est vraiment un livre plein de charme !

      Supprimer
  3. Lovely review of this "travel book", Annie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks, Suko. Yes, it's a beautiful travel !

      Supprimer
  4. Finalement, ils ont toujours beaucoup aimé voyager ces écrivains ! Ce qui est passionnant c'est qu'il décrive un monde disparu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela, Aifelle. En le lisant, on est éblouie et nostalgique... Pas de mondialisation des costumes et des moeurs ici et un compagnon de voyage vraiment charmant, qui a passé quinze ans de sa vie sur les chemins. C'est dire s'il aimait voyager !

      Supprimer
  5. il est dans ma bibliothèque mais pour le moment je n'ai fait que picorer
    je suis heureuse de lire ce billet

    RépondreSupprimer
  6. Il faut vite le sortir de son étagère car c'est un grand plaisir de lecture . Heureuse moi aussi de le partager avec toi.

    RépondreSupprimer
  7. I had no idea about this book or this part of Hans Christian Andersen's life...how amazing. (And I would have thought I knew quite a bit about this favorite author from my childhood -- and of course from reading aloud to my children and grandchildren).

    RépondreSupprimer
  8. It's very interesting to discover this part of his life : he was too a poet, a novel and theater writer. In a few time I hope to be able to tell you a little more about him...

    RépondreSupprimer
  9. cela fait envie en effet! Bon dimanche!

    RépondreSupprimer