mercredi 20 juin 2012

THE SECRET GARDEN

Edition originale 1911

Auteure : Frances HODGSON BURNETT
- 384 pages -
J'ai lu la version anglaise sur mon Kindle, avec l'immense avantage de pouvoir avoir directement accès à un dictionnaire.
Il existe plusieurs versions papier en français, et en anglais, bien entendu.


Lorsque je sens le besoin de retomber en enfance, ce qui m'arrive assez régulièrement, le plus court chemin que j'ai trouvé, est de prendre un livre "pour la jeunesse", comme on disait autrefois.
Sans le savoir, je ne connaissais rien de ce livre ni de son auteure, j'ai eu la chance de tomber sur "un classique", un véritable "roman d'apprentissage"  qui m'a profondément émue, et dans la foulée, de faire la connaissance de trois femmes étonnantes, chacune dans son domaine. Bonne pioche, non ?

Le livre tout d'abord :
Mary Lennox, petite-fille de dix ans au physique ingrat et au caractère revêche, ignorée par sa trop jolie mère et son père indifférent,  vit en Inde au milieu d'une cour de domestiques qui ont pour consigne d'obéir à tous ces caprices. Elle ne sait à peu près rien faire, même pas s'habiller. 
Ses parents brutalement décédés, elle est rapatriée en Angleterre, chez son oncle Mr Craven,  au manoir de Misselthwaite, au milieu des landes du Yorkshire. Livrée à elle-même - son oncle bossu et dépressif ne souhaite pas la voir- elle va rapidement se transformer en une petite fille active et pleine de santé, aiguillonnée qu'elle est par la présence d'un "jardin secret" dont Martha, sa jeune servante lui a révélé l'existence et de mystérieux cris, qui la réveillent, la nuit venue. 
Guidée par un rouge-gorge puis aidée par Dickon, le jeune frère de Martha, qui va lui révéler les pouvoirs thérapeutiques de la nature , elle va à son tour ouvrir les chemins de la vie à son jeune cousin et à son oncle, qui jusque là restaient enfermés dans le deuil et la terreur de la mort.

Ce qui fait le charme puissant de cet ouvrage c'est certainement la manière dont la renaissance de la nature accompagne celle des héros et le parti pris du contraste, choisi par l'auteure :
- Contraste entre les personnages tout d'abord : ceux qui sont du côté de l'ombre - Mr CravenMary et Colin dans un premier temps - et ceux qui sont du côté de la lumière - Martha, l'adorable Dickon et Mrs Sowerby leur  si bonne mère,  une aristocratie corsetée d'un côté, contre un monde campagnard plein de simplicité de l'autre.
- Contraste entre les lieux ensuite : l'Inde engluée dans la moiteur des tropiques et l'Angleterre battue par les vents, le sombre manoir de Misselthwaite -des portes closes, des tentures étouffantes- et les vastes espaces de la lande, le jardin figé par l'hiver et celui foisonnant de l'été.
- Contraste entre les sentiments enfin, la richesse et la simplicité du bonheur succédant aux noirs couloirs de la dépression.

Clichés, allez-vous penser ! Certainement.
Mais il y a quelque chose de merveilleusement réconfortant à  voir évoquer la vie avec tant de talent, celle qui est à notre porte, la fleur, l'oiseau, mais aussi l'amitié, l'écoute, la bonté et à croire par moments à d'aussi jolies fables.

 Trois femmes étonnantes pour conclure :
- L'auteure, Frances HODGSON BURNETT (1849-1924), dont la vie vous est détaillée ici en français ou là en anglais de manière plus complète.
- Celle qui l'a en partie inspirée pour partie, Mary BAKER EDDY (1821-1910),
- Enfin, la sculptrice Bessie POTTER VONNOH  (1872-1955), qui a choisi les figures de Mary et Dickon, pour rendre hommage à Frances HODGSON BURNETT, au coeur de Central Park, à New-York.





9 commentaires:

  1. Il y a un vrai bonheur à se (re)plonger dans des lectures un peu "cosy" pour retrouver des sensations et climats de lecture d'avant.
    C'est ce que je ressens devant ce billet et ce qu'il m'arrive de faire en replongeant dans Dickens ou même Simenon par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce genre de livre me fait un peu penser aux plats de notre enfance. On y retrouve toujours du réconfort. Alors pourqoi s'en priver ?

      Supprimer
  2. I'm kind of embarrassed to admit I've never read this book because it's a favorite of so many of my friends. It sounds like it will be a favorite of yours as well.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. It's perhaps a good time to read it ! I like it a lot.

      Supprimer
  3. This is one of my favorite books and I can read it over and over! I love everything about it and the characters stay with you. I would love to have that statue from Central Park in my own garden. :-)

    Hugs from Holland ~
    Heidi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The statue is charming too. I do like the characters too, particurlarly the Sowerby family and the courageous Mary. I think I'll read the book again in hard times, so I hope not too quickly !

      Supprimer
  4. Il me semble avoir lu ce livre il y a très longtemps, j'en ai un vague souvenir , le souvenir de quelque chose de réconfortant car c'est souvent que la littérature m'a consolée et m'a redonné envie de vivre dans les moments difficiles. On a besoin de ces livres réconfortants mais qui à la fois ne sont pas simplistes. Peut-être seulement sont-ils plein d'un humanisme chaleureux; ils explorent l'ombre et la lumière, la douleur et la joie. Et comme je te sens très proche de la nature surtout depuis quelques mois, à mon avis il a dû faire profondément écho en toi.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, tu as trouvé le mot. C'est un livre réconfortant qui m'a beaucoup émue et que je relirai certainement à l'occasion. La nature est très proche ici, c'est une toute autre vie qu'en ville...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai très envie de découvrir l'un des livres de cette auteur depuis longtemps (voir plusieurs d'ailleurs) et ton article ne fait que nourrir mon envie. Peut-être est-il temps de céder?

    RépondreSupprimer