mercredi 27 juin 2012

ELEANOR ROOSEVELT




Auteure : Claude-Catherine KIEJMAN
Editions : Tallandier 2012 - 252 pages-


Rassurez-vous, je ne suis pas saisie par le syndrome de "La première dame" et j'attends même avec une certaine impatience le jour où l'on pourra élire un homme ou une femme sans connaître le nom et le visage de celui ou celle qui partage sa vie.
Par contre, en parcourant des magazines américains, j'ai été étonnée de constater à quel point  Eleanor Roosevelt était  encore présente, notamment par le biais de citations, dont j'ai souvent admiré la pertinence et le courage.
J'avais donc très envie d'en savoir plus.

Source : Time.co















Entre ces deux photos, toute une vie s'est écoulée.
Une vie commencée dans le plus beau quartier de New-York le 11 octobre 1884 et qui se terminera, soixante-dix-huit ans plus tard, le 7 novembre 1962, dans la même ville.
Entre temps la petite fille craintive qui éprouvait "un très fort désir d'affection et de louange", pour avoir très vite compris que sa mère était rebutée par sa relative disgrâce physique, aura perdu père et mère avant l'âge de dix ans, se sera mariée à vingt-deux ans avec Franklin son beau et brillant cousin, aura donné naissance à six enfants, se sera coulé avec application dans le moule de l'épouse (et de la belle-fille !) soumise, aura aidé son mari, sans faiblir et à l'encontre de ses propres désirs, à gravir les premières marches de son ascension politique.

Puis brutalement,  en 1918, tout changera : une trahison, la disparition de plusieurs de ses proches et Eleanore  de reconnaître :

" Le monde dans lequel je vivais s'écroula. Je fus pour le première fois, en toute honnêteté face à moi-même, avec mon entourage et mon monde. Cette année -là, je suis vraiment devenue adulte."


Devenir adulte, pour Madame Roosevelt ce sera certes rester la partenaire de son mari dans toute les épreuves, dont  en 1921 la terrible attaque de poliomyélite qui transforme cet homme vigoureux en un quasi infirme, comme dans sa montée et son arrivée aux plus hautes fonctions de l'Union, mais ce sera aussi affirmer haut et fort ses propres  convictions en défendant les femmes, les enfants et les plus démunis ou en soutenant la marche des Noirs vers les droits civiques. Ce sera également avoir ses propres amitiés voire probablement ses propres amours, ce sera un perpétuel exercice d'équilibre applaudi le plus souvent, mais aussi contesté - elle est pour Hoover "le plus dangereux ennemi du F.B.I."- sans se laisser troubler.
Enfin devenue veuve ce sera endosser des rôles officiels pour son propre compte, se sera notamment défendre les Droits de l'homme, même devant les inquisiteurs staliniens , en leur rappelant, sur un ton "presque maternel" et extrêmement courtois que:
"Nous traitons,..., des droits des peuples, de l'homme, de son droit à être libre. L'homme, ..., c'est cela qui est prioritaire".


C'est donc à un parcours et une personnalité extrêmement riches et complexes que Claude-Catherine Kiejman s'est attaquée. La multitude des sources et à l'inverse le quasi mutisme  qu' Eleanore Roosevelt a gardé sur tout ce qui touche à sa vie intime, n'ont pas rendu sa tâche aisée .
En refermant son ouvrage, et comme elle l'indique elle-même en conclusion au préambule de son livre,  on se pose toujours la question :

"Qui fut au plus profond d'elle-même Ann Eleanor Roosevelt, née Roosevelt ?"

Pour ma part, j'ai regretté que trop de place soit laissée au contexte, bien sûr intéressant mais qui me semble avoir brouillé les traits et le parcours de celle qui devait être au centre de l'ouvrage.

"Si je peux être utile, je serai ravie d'y aller" déclare-t-elle à son mari qui, en 1942, lui demande, excusez du peu,  de visiter les troupe stationnées en Grande-Bretagne et de resserrer les liens entre les Etats-Unis et l'Angleterre.
Etre utile, elle l'a été, à n'en pas douter !

15 commentaires:

  1. Même si je n'aime pas beaucoup ces rôles parfois très artificiels de première dame, il faut reconnaître que cette femme a joué un rôle actif dans bien des domaines et mérite qu'on salue ses interventions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que son rôle a été bien au-delà de celui de "Première Dame". C'est une personnalité vraiment hors du commun.

      Supprimer
  2. For some reason, I cannot translate this review into English today. Oh, well! I've tried to understand it in French.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You are courageous. Thanks for your comments, Suko.

      Supprimer
  3. She has been a role model to me since I was a child! My parents loved her (and Franklin D. of course).....but now as an older woman looking back I see what a strong woman she was (back in those days when it wasn't at all easy).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I think, like you, she was a strong woman !

      Supprimer
  4. J'avais écouté une émission passionnante sur ce livre dans l'émission de France Inter sur les femmes. Elle doit être encore en ligne et on peut l'écouter je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info ! Le livre ne m'a pas vraiment plu en fait, mais j'ai été heureuse de découvrir cependant quel a été son chemin.

      Supprimer
  5. Sacrée bonne femme ! (dans le sens noble du terme). Merci de t'être épanchée sur ce destin incroyable, je ne connaissais pas Dame Eleanor et j'ai vraiment envie de la découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il est difficile de la découvrir car elle semble avoir élevé la discrétion sur sa vie intime au rang des beaux-arts. Par contre ce qu'elle a réalisé est déjà extraordinaire !

      Supprimer
  6. Ton billet m´a émue Annie, c´est une femme hors du commun.
    Je chercherai ce livre quand j´irai en FRANCE.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
  7. Merci, Alba ! Après avoir lu le roman d'Edith Wharton dont je parlerai cette semaine, je la trouve encore plus hors du commun.

    RépondreSupprimer
  8. La première dame française l'a remis à l'honneur tout récemment, une dame à part manifestement c'est ce qui la rend très intéressante

    RépondreSupprimer
  9. Oui, à part, complexe et secrète, avec quelques failles qui la rendent encore plus intéressante.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai lu avec intérêt l'autobiographie d'HIllary Clinton, et cette biographie-ci me semble une bonne occasion de faire mieux connaissance avec Eleanor Roosevelt.

    RépondreSupprimer