samedi 29 janvier 2011

LE CANTIQUE DES INNOCENTS

Titre original : Suffer the Little Children
Auteur : Donna LEON
Traducteur : William Olivier Desmond
Edition :  Points policiers 2010
Genre : roman policier
Format : poche, 341 pages


J'aime beaucoup les romans policiers et leurs héros. Surtout lorsqu'on les retrouve de livres en livres. Il y a quelques années j'ai ainsi  suivi avec passion les aventures de Kurt Wallender, dans les nuits froides de Suède, que rien ne réchauffaient et surtout pas l'humeur du héros!
C'est pourquoi, je n'ai pas été mécontente de découvrir à la même époque, grâce à mon mari, le commissaire Brunetti : Un policier pas plus névrosé que nécessaire, aimant son métier, regardant avec humour les travers de son pays, amateur de bons vins et de  fine cuisine, père de deux enfants plutôt charmants, amoureux de sa belle épouse Paoal et vivant à Venise.  Que demander de plus après les brumes nordiques ?
 Depuis je ne rate aucune de ces enquêtes  ! Celle-ci est déjà la seizième.
Pas de meurtre ici, au sens habituel du terme, mais beaucoup de turpitudes déclenchées par la misère, la jalousie, la "morale" au sens le plus étroit du terme.
Entre le père ébloui que l'on découvre au début du second chapitre et l'homme brisé qui décide de ne plus parler à la dernière page du roman, les innocents vont en effet souffrir.
Brunetti avance mal à l'aise dans cette histoire. C'est le père, plus que le policier qui enquête ici, sachant jouer de son flair et de ses relations, appuyé par ses fidèles Vianello et Pucceti et bien entendu par la flamboyante signorina Elettra que j'ai trouvée un peu pâlotte dans cet épisode, tout comme  le vice-questeur Patta. Paola , par contre est bien là, pour le réconforter, par sa présence et quelques verres de Grappa lui concoctant, un livre d'Henry James à la main, des Crespelle accommodées  avec des zuchini et des peperoni gialli.
J'attends avec impatience la prochaine enquête, tout en espérant que Donna Leon se décide à publier un jour "Les recettes de Paola"....

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire