vendredi 18 mai 2018

MA VIE DANS LES MONTS




Auteur : ANTOINE MARCEL
Editions : Arléa -2018- 225 pages.


C'est la belle couverture de ce  livre qui a attiré mon regard. Elle exprimait tout ce dont on a envie parfois : retrouver la nature, le silence et la solitude.

De fait, c'est bien  ce que recherchent l'auteur et son épouse chinoise Lily, en quittant "leur ancienne demeure.... pour habiter un moulin sur le ruisseau d'Orgues, en Xaintrie Noire, une région montagnarde adossée au sud du Massif Central".

La Xaintrie Noire, quelle splendeur déjà que ce nom !


Photo : Bernard Bardi
source : www.xaintrie-passions.com


Nulle envie cependant chez cet auteur d'une vie d'ermite, dans la plus totale autonomie.
Non. Après une vie aventureuse et riche d'expériences diverses -il a été scaphandrier, pépiniériste, créateur de bonsaïs et de jardins inspirés par l'Extrême-Orient- il souhaite juste vivre vivre comme il l'entend, fidèle à ce qu'il a découvert dans la pratique du taoïsme et de la méditation zen.

"Si je ne fais pas mon monde, c'est lui qui va me faire."

Ses "occupations quotidiennes sont simples" : exécuter les tâches nécessaires au bon fonctionnement de la maison, écrire, lire, marcher, couper du bois, nettoyer les berges du ruisseau, planter des bambous, se laissant guider non par la pensée mais :

 "par l'inspiration des anciens. Poésie, peinture, classiques du taoïsme et du zen certifient mon quotidien à vivre. Torrent, vallée profonde-Wangwei n'est pas loin."



Wang Wei : "A un ami absent"
Source : forinterieur.blogsot.fr



Faire bien ce que l'on a à faire, "témoigner de ce qui ne passe pas" - écrire, planter des arbres - utiliser ses mains et tous ces "savoir-faire" qui nous donnent "une prise concrète sur le monde", accepter courbatures et mal aux reins car "c'est dans ce monde-là que j'ai une nouvelle journée à vivre",  s'émerveiller devant l'écureuil bondissant ou le cincle plongeur.

" Dans un monde où des cervidés apparaissent à l'orée des bois, où les saumons remontent les ruisseaux, on doute moins du sens de la vie."



Phyllostachys nuda
Source : palmaverde.nl

Se souvenir, lire ou relire et nous faire partager les auteurs qu'il aime :
Les précurseurs : Emerson, Thoreau, John Muir.... Les voyageurs Nicolas Bouvier, Victor Segalen, Ella MaillartOlivier Germain-Thomas, Sylvain Tesson ; les aventuriers, Hemingway en tête et  "les mauvais larrons : Jean Hougron, Georges Arnaud, B. Traven"... que j'ai découverts à cette occasion.
Et bien sûr les poètes chinois ou japonais, les textes d'inspiration Tao et Zen, dont il conserve les "livres cartonnés de Moundarren , reliés par une ficelle, à la chinoise" dans le coin "poésie et encens" de sa bibliothèque.





 Ignorante que je suis du Tao et du Zen, je suis tout à fait consciente en terminant ce texte, de n'avoir rendu compte, que d'une partie fort  limitée de cet ouvrage. Ceux plus férus, y trouveront bien d'autres richesses.
Ce livre cependant à été pour moi une pause de sérénité, après mes dernières lectures chargées de violence et  une ouverture vers d'autres découvertes et c'est pour moi déjà beaucoup.


Vous me demandez pourquoi j'habite
parmi les monts bleu-vert ?
Je souris mais je ne réponds point.
Fleurs de pêcher sur l'eau qui court,
tout s'en va et s'efface.
Ici c'est une autre terre, un autre ciel,
très loin du monde des humains.

          Libai, Réponse au sein des montagnes 



9 commentaires:

  1. Nous sommes sur la même longueur d'onde côté lecture ! Merci pour ce compte-rendu, je vais certainement me procurer ce livre au plus vite. Je me permets de vous conseiller de Kathleen Dean Moore, Le petit traité de philosophie naturelle, ainsi que Une année à la campagne, de Sue Huebbel. Mais peut-être les connaissez-vous déjà ?
    Très bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais certaine que ce livre vous attirerait. Merci, pour ces nouvelles pistes de lecture : j'ai déjà lu , et ai beaucoup apprécié le livre de Sue Huebbel, mais pas le premier. Je vais me le procurer au plus vite. Bon dimanche - estival ? - à vous !

      Supprimer
  2. J'ai repéré ce livre en librairie et tu me confirmes qu'il me plairait. Ce genre de récit offre une vraie respiration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela Aifelle : une grande respiration, un beau moment de paix. Par chance, bien qu'habitant un lieu immédiatement moins sauvage, la nature ici est à deux pas.

      Supprimer
  3. Je me permets de confirmer les idées lecture de bonheur du jour!

    RépondreSupprimer
  4. "Une pause de sérénité", je trouve que c'est énorme, oui. Si une lecture peut nous apporter cela, c'est gagné !
    Et, bien entendu, j'emporte ce livre dans mes projets.

    RépondreSupprimer
  5. Une incitation "à vivre comme on l'entend", magnifique!
    Je note ce titre avec plaisir, merci Annie et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  6. Une première de couverture attirante, en effet. Je ne connaissais pas ce nom la Xaintrie noire. Pourtant je connais un peu la région qui est, en effet, très belle !

    RépondreSupprimer