mercredi 25 octobre 2017

QU'ARRIVE-T-IL AUX OISEAUX ?

Depuis des années, nous nourrissons les oiseaux durant la mauvaise saison.
Au premier froid, nous sortons nos mangeoires, accrochons les boules de graisse et attendons.
En général deux ou trois jours plus tard, une première mésange arrive, suivie bientôt d'une deuxième... Les charbonnières, les bleues, les noires, les nonnettes, cela ne s'arrête plus d'autant , que le rouge-gorge, la sittelle, les chardonnerets, les tarins des aulnes, les pinsons des arbres, les gros-becs les suivent plus ou moins fidèlement.




L'hiver dernier déjà, nous avions été surpris. Très peu de visites. Quelques mésanges, le rouge-gorge et la sittelle, ce fut à peu près tout.

Cet été a été "normal". Plus de mangeoires bien sûr et plus d'oiseaux à demeure.

A la mi-septembre nous avons commencé à nous étonner.
Les merles, nombreux, nous ont rendu visite. Plus précisément, ils sont venus chaque matin et chaque soir gentiment défoncer notre jardin à la recherche de vers et d'insectes, qu'ils ne trouvaient pas ailleurs.




Quelques jours plus tard, nouvelle surprise, deux chardonnerets sont apparus. 
Ce sont les cosmos, brusquement agités, qui ont attiré notre regard. Nous avons vite compris que les oiseaux venaient picorer les graines au coeur des fleurs fanées. 
Cela nous a d'autant plus étonnés, que les chardonnerets viennent surtout à partir du mois de janvier.

Enfin, la semaine dernière, nouvel étonnement, vers seize heures, grands battements d'ailes autour du mât sur lequel nous accrochons les mangeoires : plusieurs mésanges qui picoraient comme elles pouvaient la tige métallique, à la recherche de tout ce qui avait pu y adhérer.
Même jeu les jours suivants.
Très surpris, nous nous sommes décidés à déposer dans une assiette des graines de tournesol sur lesquelles elles se sont précipitées. Nous avons ajouté quatre boules de graisse.

Depuis cela ne s'arrête pas. A toute heure du jour les mésanges sont là, contrairement à l'hiver où elles ne viennent que le matin de bonne heure, autour de midi et avant la tombée de la nuit. Ce soir, la sittelle et le rouge-gorge sont venus également.

Nous en avons déduit qu'ils avaient faim, très faim.




Nous avons pensé tout d'abord que la sécheresse, qui sévit ici, pouvait y être pour quelque chose.

C'est juste à ce moment que j'ai pris connaissance du résultat d'une étude, conduite en Allemagne depuis 1989 et qui conclut à :

 "un déclin dramatique des insectes volants de 76% en moyenne et jusqu'à 82% au milieu de l'été, dans les aires protégées allemandes, en seulement 27 ans..."*

L'intensification des pratiques agricoles, avec l'emploi notamment de pesticides et d'engrais de synthèse en serait la cause.
Sans pouvoir l'affirmer, les auteurs pensent "qu'il y a une bonne chance", si l'on peut dire, que la situation soit la même en France puisque les pratiques agricoles y sont de même nature.

Je me suis souvenue alors que cet été je n'avais pratiquement pas vu de "gendarmes", qui pullulaient ici jusqu'alors.

Source : Wikipedia

Les papillons, de leur côté, avaient été très peu nombreux.

Depuis je regarde mes oiseaux avec tristesse, me demandant si je ne suis pas entrain d'assister à quelque chose qui ressemble "à une catastrophe écologique imminente"*.

Pas drôle.


Cf "Le Monde" 20/10/2017, page 6.  "Le déclin des insectes atteindrait 80% en trente ans"Stéphane Foucart.

16 commentaires:

  1. Oh mais c'est absolument dramatique et horriblement triste aussi!
    Même les moustiques, en surabondance ici cette année, en deviennent sympathiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela m'inquiète beaucoup. Bon courage pour les moustiques !

      Supprimer
  2. Je pense qu'on commence quand même à utiliser moins de pesticides. Les insectes devraient être plus nombreux. Moi, je n'ai jamais vu autant de gendarmes que cet été !
    On ne comprend pas toujours la nature.
    Pour l'instant, je ne vois presque pas d'oiseaux. Je n'ai pas encore vu de rouge-gorge, par exemple...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai elle reste souvent un grand mystère, surtout en ce moment. Il faut observer, partager et essayer de comprendre, ce qui n'est pas simple.

      Supprimer
  3. Et dire que l'Union européenne hésite encore à interdire le glyphosate.... Sans doute ses décideurs n'aiment-ils pas les oiseaux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas ! Je pense qu'une suppression brutale serait certainement difficile à gérer pour les agriculteurs, mais tergiverser ainsi ne semble pas non plus la solution. Gardons espoir !

      Supprimer
  4. Il existe un documentaire "Le silence des oiseaux" que j'ai eu l'occasion d'enregistrer sur la chaîne télé publique belge. Je pense qu'il s'agit d'un reportage disponible en ligne, sur Arte.
    Merci d'aborder ce sujet.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cette référence. En ce moment les mangeoires font encore le plein de visiteurs, alors que nous avons ici, un temps quasi estival.

    RépondreSupprimer
  6. catastrophe qui a déjà commencé il y a pas mal d'année avec les abeilles, j'ai un billet sur le sujet si cela t'intéresse
    on va droit à une vraie catastrophe et les oiseaux sont de très bons lanceurs d'alerte

    RépondreSupprimer
  7. J'ai déjà répondu au moins cinq fois à ton commentaire, Dominique, mais Blogger par moments refuse de publier mes réponses....Oui, je serai intéressée par un lien vers ton article et je t'en remercie. Si je ne réponds pas à nouveau c'est que le problème se reproduit. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  8. Très préoccupant en effet, cela doit vraiment dépendre des régions car chez moi je nourris les oiseaux et je vois de tout. J'ai même vu le week-end dernier en bas de mon jardin un écureuil, j'étais super contente :) Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  9. Je partage ton inquiétude et ton indignation - voilà bien un sujet qui devrait amener l'Europe à limiter drastiquement les pesticides ! Mais il est à craindre qu'il faille une catastrophe spectaculaire pour oser tenir tête aux lobbys de l'agriculture destructrice de l'environnement.
    Les mésanges sont nombreuses en ville, je les vois déjà intéressées par les baies du chèvrefeuille. Peut-être devrais-je les nourrir bientôt, ce que j'évite pour ne pas que le chat les attrape.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement ce n'est pas le choix qui a été fait ! Bien que j'ai eu la chance d'avoir une chatte complètement contemplative, bien des autres sont en effet de véritables dangers pour ces pauvres oiseaux. J'ai découvert dans le catalogue de La Ligue de Protection des Oiseaux, des colliers très colorés qui alertent les oiseaux. Je ne suis pas certaine, par contre, que les chats apprécient...

      Supprimer
  10. Et L'union européenne qui vote allègrement pour le maintien des pesticides comme le glyphosate !

    RépondreSupprimer
  11. J'en ai été totalement scandalisée en apprenant la nouvelle !

    RépondreSupprimer