mercredi 5 juin 2013

LES ARPENTEURS DU MONDE


Titre original : "Die Vermessung des Welt"- 2005 -
Auteur : Daniel KEHLMANN
Traductrice : Juliette AUBERT
Editions : Actes Sud Babel - 2007 - 299 pages

C'est certainement la loi des séries car voici encore un roman historique.
Si je pouvais entendre la manière dont chacune et chacun d'entre-vous entend ce mot "encore", il me serait facile de départager les "pro" des "anti".
Je me classais jusque là indubitablement dans les rangs des premiers, mais plus j'ai avancé dans ma lecture plus je me suis sentie renâcler, tout en reconnaissant bien volontiers l'intelligence, la culture, l'humour indubitables de l'auteur.
Il m'est même souvent arrivé de rire franchement ce qui est tout de même une bien bonne chose .
Alors de qui et de quoi qui s'agit-il, et pourquoi ces réticences ?

Les héros de ce roman, à cheval sur les XVIIIème et XIXème siècles, ne sont rien moins que de deux savants allemands, d'une envergure exceptionnelle, que tout oppose sinon leur génie :

D'une part, Johann Carl Friedrich GAUSS (1777-1855), mathématicien ("Le prince des mathématiques"), astronome, physicien, issu d'une famille pauvre, élève boursier, marié deux fois et père de six enfants, pieux et conservateur, sédentaire et peu prolixe en publications, au point que l'étendue de son oeuvre ne fut découverte que bien après sa mort,

J. C. Gauss par C. A. Jensen -1840-

D'autre part, Alexander Von Humboldt (1769-1859), naturaliste, géographe ("le père de la géographie moderne"), explorateur, fils d'un officier de l'armée prussienne, éduqué par des précepteurs, célibataire et probablement homosexuel,  admirateur de la révolution française, opposé à l'esclavage,  très prolifique auteur  d'ouvrages et d'articles en français et en allemand, souvent inspirés par ses expéditions  notamment, en Amérique du nord et du sud et en Sibérie. 

A. Von Humboldt par J.K. Stieler -1843-

Alors qu'ils sont déjà âgés et couverts de gloire, l'auteur imagine leur difficile rencontre à Berlin lors d'un congrès de naturalistes et saisit ce prétexte pour nous raconter en chapitres alternés, la vie  et l'oeuvre de ces deux personnages exceptionnels, dont il dresse un portrait  pour le moins railleur : l'un est un affreux râleur misogyne, qui n'aime que sa maman fustige sans pitié ses enfants et n'a qu'une idée en tête : rentrer à la maison. L'autre  est un puceau rougissant,  coeur tendre et moralisateur fatigant, souvent loin des réalités quotidiennes mais tout de même chambellan du roi.
Il le fait d'ailleurs de manière très brillante, maîtrisant parfaitement son sujet : tout est dit de leur parcours, de leurs rencontres, de leurs découvertes et tout est dit avec humour, voire ironie,  et intelligence... Trop peut-être !

Car, sans trouver "répugnant" comme le fait Gauss, avec sa mesure habituelle supposée, ces romans "qui se perdaient en fabulations mensongères parce que leur auteur associait ses idées saugrenues aux noms de personnages historiques", je me suis par moments agacée et interrogée : pourquoi au fond leur faire subir cela ?
Pour rire, allez-vous me répondre, et c'est probablement une bonne réponse ! 
Car sans cette lecture me serais-je d'ailleurs jamais penchée sur la vie de Gauss ? Honnêtement, je ne le crois pas.
A l'inverse aurais-je moins ri si d'autres noms leur avaient été donnés. Je ne le crois pas non plus.
A chacun de voir donc en fonction de ses goûts et de son caractère.
Quoi qu'il en soit le débat continue.

14 commentaires:

  1. Un livre que j'ai beaucoup apprécié sans ressentir aucun déplaisir mais il faut dire que j'ai ce type de roman et puis Humboldt était un personnage que j'avais envie de connaitre depuis longtemps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet un personnage qui mérite de s'y intéresser, ainsi que son frère d'ailleurs. J'espère un jour trouver un livre sur l'un et l'autre car leurs vies semblent avoir été bien passionnantes !

      Supprimer
  2. Un roman tout à fait particulier, où on apprend en se divertissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'important, de toute façon c'est qu'il nous donne envie d'en savoir plus. Ce qui est indubitablement le cas.

      Supprimer
  3. je pense surtout qu'on lit selon ses propres buts, ce que nous cherchons en ce sens nous l'avons déjà trouvé en quelque sorte. La lecture, parfois, est la confirmation de quelque chose de très mystérieux. parfois non. le roman historique à travers deux individus essaie de nous faire réfléchir à ce qui s'accomplit d'universel en chaque destin particulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux -à avaient en effet semble-t-il, des manières bien opposées de voir le monde... Sans emprunter les mêmes chemins, ils partageaient le même soif de comprendre, c'est de loin le plus important.

      Supprimer
  4. Il y a des lectures comme celle-ci pour toi où l'on renâcle, sans comprendre vraiment pourquoi. Il n'y a qu'une règle : ne pas se forcer ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne renâclais que par moment, heureusement !

      Supprimer
  5. It seems to me that anyone who picks up a book like this is smart enough to know that it is a novel. And as you say, it gives the reader the incentive to learn more about the real life of the two.

    And oh Annie, you read the most challenging books. I feel lazy picking up my latest mystery novel!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I like to read mystery novels and some of them are challenging too. The most important is to read what we like and to be happy while doing it !

      Supprimer
  6. Je ne suis certainement pas un "anti", mais il est vrai que j'éprouve de la méfiance envers les romans dits historiques. L'histoire réelle est déjà si "improbablement" restituée dans les faits... Même les livres d'histoire scolaires sont truffés d'inexactitude et d'idées qu'influencent par les a priori de la culture locale.
    Mais si on prend un roman comme tel, pas de problème, le tout est de savoir ce que l'on recherche et si vous avez pris plaisir à ce livre, tant mieux !

    Merci aussi d'évoquer quelques réserves sur les excès caricaturaux de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux en effet savoir où l'on est. Ce que j'apprécie dans es romans historiques, c'est qu'ils nous poussent souvent à en savoir plus et mieux.

      Supprimer
  7. J'ai beaucoup de difficultés avec les romans historiques, je le reconnais. Mais cela peut aussi être une première approche d'un personnage ou d'une période, pourquoi pas ?
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  8. Tout à fait d'accord ! C'est ce qui fait leur intérêt pour moi aussi, bien. Mais certains, comme "L'atelier des Stressor" dont j'ai parlé récemment offrent en plus de très belles portes d'entrée : la poésie, le beau style, la sensibilité.

    RépondreSupprimer