lundi 16 avril 2012

NAISSANCE D'UN PONT





Auteur : Maylis de KERANGAL
Editions : Gallimard  2010 -Folio n°5339-  330 pages

J'ai tourné longtemps autour de ce livre  et samedi dernier, sur le marché, j'ai fini par l'acheter au discret bouquiniste, qui s'installe chaque semaine entre le maraîcher et le marchand de miel.
J'ai commencé à le lire dimanche après déjeuner et j'ai attendu chaque jour cette bienheureuse pause, pour le retrouver et m'en régaler.

Tout est dit dans le titre  quant au sujet : c'est une histoire de pont.
Un grand pont, du genre viaduc de Millau, mais en rouge, et soutenu simplement par deux tours, de part et d'autre d'un fleuve, qui baigne une ville.
Le nouveau maire l'a voulu,  un architecte d'un seul geste l'a dessiné, un ingénieur est chargé de lui donner forme, des hommes et des femmes le construiront.
Nous sommes dans une Amérique indéterminée, et tous sont venus, de tous les coins de la planète, à la recherche d'action, d'argent, d'eux-mêmes.
Mais un pont, justement c'est un pont, c'est sensé relier les choses, de gré ou de force : la ville à la forêt, les nouveaux  occupants aux anciens, des hommes et des femmes. Rien de simple.
C'est ce qui s'accomplit, sous nos yeux, le temps d'un chantier, mené de main de maître.

C'est un roman et c'est une fable, vous l'aurez compris, avec tous les ingrédients nécessaires à ces deux genres : autant dire que le contraste est présent partout, entre un monde hypertechnologique et une nature encore grandiose et préservée, entre des puissants savoureusement moqués et des pauvres pas épargnés, entre ceux qui commandent et ceux qui obéissent.... et puis il y a les ponts qui se créent.
Mais, c'est surtout un très bel exercice d'écriture :
J'ai d'abord été surprise et presque agacée par ces longues phrases hachées, ponctuées de virgules, mais très vite, admirative, je me suis prise au jeu. J'ai eu plaisir à me laisser prendre par ce rythme étrange, qui parfois appelle la relecture, mais qui semble toujours si bien adapté à ce qui est dit.
J'ai été heureuse d'avoir aussi  à me colleter à ces noms connus et ici décalés, qui interrogent :
Diderot l'ingénieur, Ralph Waldo l'architecte, Katherine Thoreau l'ouvrière. et tous les autres... Pourquoi ? J'ai cherché et n'ai pas trouvé, et sans bien savoir pourquoi j'ai aimé le procédé, qui les rend encore plus anonymes et pourtant les définit -peut-être !-
J'ai aimé aussi trouver dans le texte, par petites touches, ces adjectifs, ces verbes, ces noms qu'on appellait autrefois communs, mots précieux qu'on à envie de dire à haute voix : s'avitailler, l'akal, albugineux, immarcescible, éburnéen.....

Je trouve que ce livre est une très belle réussite : j'attends avec impatience les suivants, et ne vais pas manquer, samedi, de retourner voir le discret bouquiniste qui s'installe chaque semaine entre le maraîcher et le marchand de miel.

12 commentaires:

  1. This book find at a farmer's market sounds very nice. So nice, in fact, that you'll return for more. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes, I'll and hope I'll find an other good book.

      Supprimer
  2. You scored a treasure at the booksellers with this one. I love when that happens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me too, and it's often the better way to fond good books.

      Supprimer
  3. C'est un bouquin qui me tente depuis un moment, me voilà confortée ! Ton bouquiniste est au marché d'Embrun ? J'avoue ne pas le connaître...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, juste devant la pâtisserie... Quoi de mieux ?

      Supprimer
  4. Un titre que j'avais répéré depuis un certain temps (en numérique) et que ce post m'incite à confirmer dans ma liste à lire. D'autres critiques sont positives concernant cette auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous l'avez compris, j'ai beaucoup aimé ! Bonne lecture.

      Supprimer
  5. Comme toi, cela fait longtemps que je tourne autour de ce livre !

    RépondreSupprimer
  6. Je te conseille vivement de te lancer. Ce n'est pas un livre sur la condition des femmes. Mais justement, j'ai trouvé que c'était un excellent signe, qu'aujourd'hui, les femmes, écrivent sur autre chose.

    RépondreSupprimer
  7. ce n'est pas un livre qui m'aurait attirée... et plaire avec un tel thème, un bel exploit!

    RépondreSupprimer
  8. C'est un livre qui ne m'attire pas du tout mais à force de lire des critiques élogieuses .... je vais finir par me laisser tenter !

    RépondreSupprimer