vendredi 11 février 2011

ANDREE CHEDID



C'est souvent lorsqu'un écrivain disparaît qu'on le découvre ou le redécouvre.
Je n'y échappe pas, et comme beaucoup je suppose, à l'annonce de sa mort le 6 février dernier, j'ai pris le chemin de la bibliothèque.
Plutôt que de copier ce que j'ai lu dans les nombreux articles qui lui sont consacrés sur Internet, je préfère partager avec vous, deux de ses poèmes, en espérant qu'ils vous donnent envie, comme c'est le cas pour moi, de lire ses textes, poésies, nouvelles, romans ou pièces de théâtre !



Brève invitée
                         à ma fille

Ma lande mon enfant ma bruyère
Ma réelle mon flocon mon genêt,
Je te regarde demain t'emporte
Où je ne saurais aller.


Ma bleue mon avril ma filante
Ma vie s'éloigne à reculons,
A toi les oiseaux et la lampe
A toi les torches et le vent.


Mon cygne mon amande ma vermeille
A toi l'impossible que j'aimais
A toi la vie, sel et soleil
A toi brève invitée

"Textes pour un poème"  -Paris Guy Levis-Mano 1950-


CECI


"Ceci était      mon fils ma fille
                        mon père ma mère


Cette chose    mon aimé
                       mon aïeul mon enfant"


La femme vêtue de noir
agglutinée aux mouches
tournoie dans une houle d'amour
et d'aversion


Tourne et se déchire 
autour d'un tas de chair
qui suinte sous le jour



Ceci                fut un vivant                                   Ce sang             dilapidé sur le bitume
                                                                                 s'ordonnait, hier encore, dans un réseau de veines
Cette chose    fut une personne                             retissait, hier encore, la loi de l'existence

                                                                                 Ce coeur-sentinelle 
                                                                                 s'est raidi sous le plomb

                                                                                 Ce sac-à-vermine
                                                                                  abritait des entrailles
                                                                                  où s'ouvrait le plaisir
                                                                                  où germinait la vie


                                                                                    
                                                                                   Un rictus a drainé toute la pulpe de ces lèvres
                                                                                   Ces orbites-à-fourmis logeaient oeil et regards


                                                                                      

Ceci                fut un vivant                                       La femme vêtue de noir
                                                                                     tremble sous la tourmente
Cette chose    fut une personne                                 hurle dans le chaos


L'esprit travaillait cette motte d'indifférence           s'agglutine          aimantée


La parole soulevait cette forme interrompue           à ce profil d'écorce
                                                                                     à cette main qui stagne
                                                                                     à ce baluchon putride


                                                                                     à ce         "Toi que j'appelle
                                                                                     et qui ne seras plus !"



Cérémonial de la violence - flammarion 1976-




Si vous voulez en savoir plus sur Andrée Chedid et son écriture poétique je vous recommande ce site    qui est en anglais (!). Mais  sur la page "Creative process" vous trouverez une analyse dans le temps de l'un de ces poèmes (en français !). C'est très intéressant !

Photo : 
Fonds Chedid de l'IMEC
Chez : www.item.ens.fr

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire