mercredi 6 novembre 2013

LETTRES A SA FILLE




Auteure : Calamity JANE
Traduction : Marie SULLY et Gregory MONRO
Editions : Rivages 2007 - 127 pages-


C'est une correspondance qui n'en est pas une. Une trentaine de lettres écrites sur des carnets durant vingt-cinq ans, qui n'arriveront à leur destinataire qu'après la mort de celle qui les avaient rédigées.

Celle qui les avait rédigées, c'est  Martha CANARY, devenue Jane HICKOK puis Jane BURKE, après ses mariages, mais que l'on connaît surtout par son surnom de Calamity JANE, la femme qui tire plus vite que son ombre.
La destinataire, c'est une petite-fille, puis une fillette, puis une jeune-fille, puis une jeune-femme : Janey O'NEIL, puis OAKES, puis McCORNICK, qui la rencontre de loin en loin, sans savoir qu'elle est sa mère, celle qui l'a confiée pour adoption à Jim et Helen O'NEIL alors qu'elle avait un an,  pour lui épargner "le long cauchemar hideux" d'une vie d'errance.

Vingt-cinq lettres donc, certaines de quelques lignes d'autres de quelques pages, écrites  bien souvent à la lumière des feux de camp : les coyottes et les loups rodent, les indiens aussi.
Vingt-cinq lettres cependant suffisantes pour nous raconter plusieurs vies : celles de la fille d'un prédicateur, qui n'est allée que trois ans à l'école, préférant s'enfuir "à la première occasion qu'elle a eue". Celle d'une femme amoureuse et trompée, celle d'une aventurière, meneuse de bétail, chasseuse d'indiens et de brigands, conductrice de diligence, infirmière, une des vedettes aussi du Wild West Show de son ami Bill CODY alias Buffalo BILL, celle enfin d'une femme vieillie trop vite et devenue aveugle dont la grande peur est de mourir seule, ce qui sera le cas ou presque.

Entre les "Ma chérie" ou "Chère Janey", qui introduisent ces lettres et le "Bonne nuit, Chérie" qui les terminent le plus souvent, c'est toute la souffrance d'une âme  qui nous est ainsi dévoilée. Fierté  d'être une femme "qui s'occupe de ses propres affaires", souffrance d'une femme qui se sent seule,  rejetée, méprisée, vilipendée, surtout peut-être souffrance d'être celle qui ne compte pour personne, celle qui se sent coupable d'avoir donné sa fille -"t'abandonner m'a presque tuée Janey"- celle qui reconnaît qu'elle se traînerait sur les genoux "seulement pour être près de toi".

Beaucoup d'émotion, mais quelques morceaux d'anthologie aussi : l'Ouest, n'est pas l'Est où réside Janey et les moeurs y sont beaucoup moins policées :  La vie de Calamity JANE n'est pas celle d'une bourgeoise ou d'une aristocrate ces "femmes bonnes à rien". Elle doit se défendre, contre les hommes et peut-être plus encore contre les femmes comme celles d'Old Clark City, qui veulent la chasser de la ville... 

"Je lui ai arraché son pantalon long et je l'ai laissée plantée là dans ses culottes de naissance pour que les hommes s'en paient une bonne tranche. Ensuite, j'ai pris le pantalon et ses rangées de dentelle au crochet et je les ai noués au cou d'une autre femme qui était en train de me taper sur la tête. Quand j'ai vu sa langue pendre, je me suis attaquée à une autre."

Ce  qui ne l'empêche pas, de retour chez elle, de préparer son "Gâteau de vingt ans", sa levure ou sa sauce au raifort, dont en bonne mère, elle confie les recettes à sa fille, à présent mariée.

Une belle lecture, très émouvante, très éprouvante aussi devant tant de douleur :

"Toutes ces années, je ne voulais rien d'autre que toi."
"J'ai besoin d'une petite-fille."

Sa propre petite-fille, décédée enfant, elle ne la connaîtra pas.


18 commentaires:

  1. Voilà bien des lettres que je lirai avec intérêt, et vous dites, émotion.
    Merci d'en parler, nous ne connaissons que cette Jane truculente; les souffrances, la vraie vie des femmes ont rarement intéressé l'Histoire.
    Bonne journée Annie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésitez pas ! C'est un beau livre loin des clichés et plein d'humanité. Très bonne journée à vous également, Colo !

      Supprimer
  2. C'est noté pour moi aussi, je l'avais vu sur les tables ce livre mais on n'arrive pas à tout lire
    loin des énervements de la rentrée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Dominique ! ... Mais la rentrée est loin à présent !

      Supprimer
  3. This sounds very interesting, Annie! I'd like to learn more about Calamity Jane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I think you can find a lot of books about her in English. Thanks to visit me, Suko !

      Supprimer
  4. I know some of the sad story of Calamity Jane (in fact we have visited her grave in Deadwood South Dakota). It is near the grave of Wild Bill Hickcock, whom she always loved as your book probably says). It is unusual to see a book about the American West written from the point of view of a woman (even one as different as Jane) and I'd like to read this.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I just looked for this on Amazon and I will have to look for it at used book stores!!

      Supprimer
    2. I looked to Amazon too, to give the title in English... But didn't not find it ! Strange thing !

      Supprimer
  5. Je l'ai noté il y a quelque temps et perdu de vue ... merci de la piqure de rappel !

    RépondreSupprimer
  6. Rivages propose des textes inédits, différents (je sors justement d'un Rivages Poche) et celui que vous évoquez ne manque pas d'intérêt.
    Pour moi, C Jane, c'est la terreur armée dans Lucky Luke. La découvrir à travers ces lettres inattendues est une idée intelligente. La couverture à elle seule est tout un poème (envie de sourie, un peu, mais aussi de la comprendre et peut-être de l'apprécier).

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup les éditions Rivages ! Vous ne retrouverez pas Lucky Luke das cet ouvrage... mais tout de même l'un des frères Dalton. C'est un livre émouvant justement parce qu'il propose l'autre face d'une image un peu galvaudée.

    RépondreSupprimer
  8. Cela fait un moment que je voulais la lire. Je l'ai noté sur une de mes tablettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cède à la tentation Anis ! C'est un beau livre infiniment triste, C'est une belle femme aussi.

      Supprimer
  9. mais OU je peux me les procurer ces lettres !! bon sang., il faut que je passe par la France pour trouver les livres intéressants de mon propre pays, c'est a mourir ... de honte
    Annie, tu me sauves la vie, je vais courir chez ma libraire favorite dès demain matin. MERCI,

    RépondreSupprimer
  10. J'ai cherché en effet le titre en anglais ....et n'ai rien trouvé. même chose que pour les "Lettres de la Grande Blasket" qui n'ont pas été rééditées en anglais et sont pratiquement introuvables à un prix raisonnable !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, christw m'a signalé ce livre, qui sera le complément idéal à une bande dessinée (ou plutôt roman graphique) sur la vie de Calamity Jane, auteurs Matthieu Blanchin et Christian Perrissin, chez Futuropolis.

    RépondreSupprimer