mercredi 9 octobre 2013

LA LETTRE ECARLATE



Titre original : "The Scarlet Letter"- 1850 -
Auteur : Nathaniel HAWTHORNE
Traduction : Marie CANEVAGGIA
Edition : Poche Folio ou format Kindle.


Il y a deux ans, à l'occasion d'un passionnant voyage, j'ai eu la chance de découvrir Boston, Concord et Salem, hauts-lieux des débuts de l'histoire américaine, de sa littérature et du trancendentalisme.
J'en garde un très beau souvenir et je saisis toute occasion d'y retourner par la pensée, en me plongeant dans un livre de THOREAU ou d'HAWTHORNE.

HAWTHORNE donc aujourd'hui et sa magnifique "Lettre écarlate", publiée en 1850, qui est à la fois, un des premiers romans de la littérature américaine et l'une des premières fictions à avoir été publiée en série. aux Etats-Unis.
Un ouvrage qui connût un tel succès qu'il est également considéré comme l'un des premiers "best sellers"...

Mais avant tout, c'est un grand roman, inspiré semble-t-il par l'histoire véridique d'Elisabeth PAIN, dont la tombe, dans le petit cimetière de la King's Church de Boston, attire toujours les admirateurs d'Hester PRYNNE, le double littéraire qu'HAWTHORNE  a choisi de lui donner.

La tombe d'Elisabeth Pain. Cimetière de la King's Chapel. Boston. USA.

Nous sommes  dans les années 1640, dans l'une des premières colonies  fondées sur le sol américain par une communauté puritaine.
Une jeune-femme, de grande allure, est exposée durant trois heures sur le pilori qui domine la place du marché.  Elle porte dans ses bras sa fille Pearl, âgée de quelques mois et  sur le corsage de sa robe, un morceau d'étoffe écarlate, qu'elle a elle-même brodé au fil d'or, d'arabesques et d'une grande lettre A, pour Adultère. Elle vient d'être condamnée à le porter durant sa vie entière.
C'est Hester PRYNNE, récente habitante de la colonie, venue d'Angleterre. Son époux qui devait la rejoindre ne l'a jamais fait et  chacun pense qu'il s'est perdu en mer.
Derrière elle son pasteur, le jeune Révérend DIMMESDALE, issu d'une grande université anglaise, lettré et tourmenté et  certainement promis aux plus hautes fonctions, la supplie de livrer le nom de son complice. Devant elle, aux confins de la foule un vieil homme vient d'apparaître, une épaule plus haute que l'autre, le visage pétri d'intelligence puis brusquement marqué par l'horreur. Bientôt on l'appellera le docteur CHILLINGWORTH et il attachera ses pas à ceux du jeune et fragile pasteur. 
Nous suivront ces quatre personnages pendant sept années, jusqu'à ce que la vérité explose. 
Durant ce temps Hester, sans jamais rien révéler, sans jamais rien tenter pour alléger sa peine aura gagné la considération de toute la communauté et le jeune pasteur  un respect proche de l'adoration . Pearl, aura grandi en véritable feu-follet, interrogeant sa mère sur le sens de la lettre écarlate comme sur la main que le révérend pose toujours sur son coeur. 
Lorsque je vous aurai dit que "chilling" signifie "qui fait froid dans le dos", et que "dim" est à rapprocher de "faible", vous aurez probablement tout compris.

Un roman relativement court, une intrigue qui semble  simple au premier abord et pourtant une oeuvre dont l'épaisseur se révèle page après page :
une dose d'autobiographie, un dose d'histoire, une dose de fantastique, une dose de romanesque, un sens aigu de la nature, une connaissance fine des grandeurs, des petitesses, des tourments de l'âme humaine, de l'ironie et de la tendresse, tout cela rendu par une belle et riche écriture.
De personnages plein de vérité, une leçon de vie aussi - mieux vaut faire face ! -
Comment oublier la très belle et très courageuse Hester PRYNNE ?

J'ai été également très touchée par le portrait de Pearl, sa fille.
Loin des descriptions attendues, HAWTHORNE, lui-même père de trois enfants, nous offre ici un visage complexe  de l'enfance, dont il a su traduire toutes les grâces et les ambiguïtés.

Pour terminer, un petit passage pour vous convaincre, si vous ne l'êtes déjà.
Pearl, enfant solitaire joue dans les flaques d'eau, sur la plage :

"De temps à autre , elle s'arrêtait net et regardait curieusement dans une flaque - miroir  que la mer avait laissé en se retirant pour que la petite Pearl pût y voir son visage. Il la regardait du bord de la flaque, entouré de boucles brunes, avec un sourire de lutin dans les yeux - image d'une petite-fille  à qui Pearl, n'ayant d'autre compagne de jeux, faisait signe de venir courir avec elle la main dans la main. Mais la petite-fille faisait de son côté le même signe comme pour dire : "On est mieux ici ! Viens, toi !" Et Pearl,  enfonçant dans la flaque jusqu'à mi-jambes, n'apercevait plus au fond que ses petits pieds blancs, tandis que des profondeurs plus lointaines, la lueur d'une sorte de morceau de sourire montait et flottait cà et là sur les eaux agitées."


Pour Sallie et Suko, à qui il serait bien cruel d'imposer ce texte uniquement en français !
"Here and there, she came to a full stop, and peeped curiously into a pool, left by the retiring tide as a mirror for Pearl to see her face in. Forth peeped at her, out of the pool, with dark, glistening curls around her head, and an elf-smile in her eyes, the image of a little maid, whom Pearl, having no other playmate, invited to take her hand and run a race with her. But the visionary little maid, on her part, beckoned likewise, as if to say, - "This is a better place ! come thou into the pool !" And Pearl, stepping in, mid-leg deep, beheld her own white feet at the bottom; while, out of a still lower depth, came the gleam of a kind of fragmentary smile, floatting to and fro in the agitated water;"


18 commentaires:

  1. Je suis pleinement convaincue, de toute façon je me dis depuis longtemps qu'il manque à ma culture ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, au travail Aifelle. Les deux livres que j'ai lus de lui m'ont ravie (la lettre écarlate et la maison aux sept pignons) et en plus c'est un homme très attachant !

      Supprimer
  2. Un indispensable des que l'on parle d'intolérance et de courage !
    Un roman lu il y a longtemps et comme j'avais envie de le relire je l'ai téléchargé en français et gratuit pour le relire sur ma tablette
    Quelle bonne idée tu as de nous réveiller l'envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dominique. Je l'ai également téléchargé gratuitement. Autant je trouve la lecture des essais difficile sur une tablette autant je trouve la lecture des romans agréable. L'accès immédiat aux notes et au dictionnaire est un vrai plaisir.

      Supprimer
  3. Une terrible lacune dans ma culture: la littérature nord-américaine.
    J'ai noté tout de suite celui-ci, et si Dominique dit qu'on peur le télécharger, hop, plsu aucun doute.
    Merci, merci!

    RépondreSupprimer
  4. Thank you, Annie! I read this many years ago, in school, and have a newer copy on my shelf to read again. I like the idea of "characters full of truth". Lovely review!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks Suko ! I'm happy to know you 'll read it again. It's so a wonderful book !

      Supprimer
  5. Annie this really is a lovely review! Like Suko I read this many years ago in school (but my 'many years ago' were, I am sure, many many more years longer ago than hers).... And so now I am eager to read this book again. It is wonderful that you were able to visit those landmarks when you were in the US ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes, Sallie it was a wonderful moment ! Have a nice time reading again this so beautiful book !

      Supprimer
  6. Je l'ai lu il y a longtemps, alors que je me penchais sur les débuts de la littérature américaine. Hawthorne fut le narrateur le plus prolifique sur l'histoire de la naissance des États-Unis. Beaucoup de ses contes comme La lettre écarlate, que vous décrivez bien et donnez envie de relire, méritent d'être remis au goût du jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que c'est un auteur que j'ignorais jusqu'il y a quelques années. "La maison aux sept pignons" m'a également beaucoup plu. J'ai à présent une vraie passion pour tout ce groupe d'auteurs.

      Supprimer
  7. Merci pour ce compte rendu qui donne envie de connaître cette littérature et les personnages bien sûr !
    Bonne fin d'après-midi Annie

    RépondreSupprimer
  8. N'hésite pas, Dany. Tu passeras un très bon moment.

    RépondreSupprimer
  9. Un bon souvenir de lecture, mais trop lointain, merci de le raviver, tu me donnes envie de le relire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup pou rma par relire un livre que j'ai beaucoup aimé. Je pense que celui-ci en vaut largement la peine !

      Supprimer
  10. Cela fait longtemps que j'ai envie de lire ce livre. C'est effectivement un grand classique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, Anis ! Tu y trouveras un beau portrait de femme et une très belle écriture.

      Supprimer