mercredi 10 juillet 2013

REMONTER LA MARNE







Auteur : Jean-Paul KAUFFMANN
Editions : Fayard 2013 - 262 pages -

On marche beaucoup dans les livres en ce moment ! Pourtant, pas plus que l'auteur, ce n'est pas l'aspect sportif de cette activité qui m'a attirée mais plutôt l'occasion de découvrir une région, la Champagne, que je ne connais pas et dont est originaire une partie de mes ancêtres.

Un bel après-midi de début septembre, donc, Jean-Paul KAUFFMANN charge sur ses épaules un sac de trente kilos et entame, à l'est de Paris, sur le site d'un centre commercial abandonné - Chinagora - "un décor de pacotille où la Marne se jette piteusement dans la Seine", la remontée de cette rivière, au nom si chargé d'histoire.
S'il a choisi la Marne c'est à cause d'"un fort tropisme de l'Est" lié sans doute à ses origines alsaciennes, mais également à la découverte d'un livre, écrit par Jules BLAIN, "un inconnu mort entre les deux guerres" qui à remonté la Marne, dans les années 20, à la recherche des traces de la Grande Guerre, qu'il a vécue.

En sept semaines, par avancées journalières de quinze kilomètres scandées par la rencontre de multiples naïades de pierre qui ornent les piles des ponts, j'ai cheminé à ses côtés : Paris, sa banlieue, le monde péri-urbain, puis enfin la campagne, le vignoble, la forêt, avant d'atteindre Balesmes où la rivière prend sa source "dans un val" au pied d'un monolithe qui ressemble à une idole.

En chemin, nous avons été accompagnés par de grands ancêtres : quelques huns, Louis XVI et sa famille en fuite vers Varennes, les soldats de 14 et ceux de 40.
Bossuet nous a accueilli à  Meaux, La Fontaine à Chateau-Thierry. A Vitry-le-François c'est Maigret, épuisé par sa course à vélo mais prêt à résoudre l'énigme du "Charretier de la Providence", que nous avons croisé, tandis qu' André Breton nous attendait dans les locaux de l'hôpital psychiatrique de Saint-Dizier.
Voilà, entre autres, pour le passé.

Il y a eu d'autres belles rencontres, avec des vivants, cette fois. Des amis installés sur ou non loin de la rivière, Félix l'ancien batelier pas très rassurant, un maître d'hôtel, un japonais adepte de la marche nordique, un chien errant. Surtout peut-être, tous les "indociles", tous les "défavorisés satisfaits", tous "les conjurateurs", confiants et sereins, qui ne s'illusionnent pas, se plaignent "sans s'appesantir", mais surtout savent rapidement "passer à autres choses".

De beaux paysages, nous en avons vus :
"les nuages, l'air tiède, les saules blancs, les églantiers bordant la rivière", chargés d'odeurs, et baignant  dans cette "rambleur", si difficile à définir, une "lueur blanche, passagère, qui vient perturber un ciel uniformément gris".

Aux étapes, nous avons mal mangé le plus souvent, mais avons bu du bon champagne en toutes circonstances.

Une belle randonnée alors ? Certainement.
Mais une randonnée curieuse aussi, qui m'a laissé comme un malaise. Le sentiment de n'avoir presque jamais approché l'auteur, comme si celui-ci restait à l'abri derrière une vitre, ne livrant qu'une apparence.
De la pudeur certainement, mais aussi peut-être le choix d'une certaine indifférence, jugée nécessaire.
Comme le rappelle l'auteur, Marcel Duchamp à qui l'on demandait :
"Pourquoi êtes-vous pour l'indifférence?" avait répondu : "Parce-que je hais la haine."
Une belle réponse et peut-être aussi une explication étonnamment sensible, convenant bien à un tel homme et à une telle région.



For Sallie and Suko :
The Marne is a river in France, a right tributary of the Seine in the area east and southeast of Paris. It is 514 kilometres (319 mi) long. More here 
Source : Wikipedia

11 commentaires:

  1. En lisant le début de ton billet je me suis dit que j'étais passée à côté de ce livre mais en lisant la fin je m'y suis retrouvée
    Pour faire court je me suis ennuyée, certes il y a des passages intéressants mais je n'ai senti aucune âme , aucune passion à cette déambulation, comme un récit obligé Dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton avis m'a été précieux, Dominique, car je me suis demandée si ce qui n'allait pas venait de l'auteur ou de moi. Je n'aime pas ce genre d'expérience. D'une certaine façon ne pas trop savoir quoi penser tout en ressentant très bien que cela ne va pas.

      Supprimer
  2. Je lis peu les récits de cette sorte et les récits de voyages mais j'ai assez envie de m'y mettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général j'aime bien. Mais dans ce cas, je ne me suis pas sentie à l'aise.

      Supprimer
  3. Lovely review, Annie. You are able to convey complexity! The book sounds intriguing to me.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. It is intriguing because you don't know why you don't really like it.

      Supprimer
  4. Thank you for the link to the information about the Marne -- it must be a beautiful river!

    I have read several books about people taking long hikes -- across the US mostly and I enjoyed them very much. This book sounds a bit more complex than those were, because he has the history as well as seeing the beauty.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I never saw it but I hope I'll visit the country in a few time. History is everywhere here, and it's not the nicest part.
      Have a nice friday, Sallie !

      Supprimer
  5. J'ai parlé de froideur à propos de ce livre, même impression de n'avoir jamais approché l'auteur et c'est bien dommage. Je sortais à peine du J.C. Ruffin tellement plus chaleureux, le contraste m'a frappée.

    RépondreSupprimer
  6. Ton article m'avait échappé. Je viens de le trouver et de le lire. Nous sommes donc trois, avec Dominique, à partager le même avis. Curieux livre !

    RépondreSupprimer
  7. Ce livre est dans mes projets de lecture. J'aime les livres sur la marche !
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer