mercredi 24 avril 2013

ROSA LUXEMBURG





Auteur : Max GALLO
Editions : Tallandier 1992-Texto 2011- 501 pages-

On ne peut pas visiter Berlin, sans croiser à un moment ou un autre Rosa Luxemburg.
Une bonne occasion, même trois mois après, pour chercher à en savoir plus, surtout quand Dominique vous y incite en publiant un bel article sur les lettres qu'elle écrivit de prison et que ma librairie préférée a justement en stock une biographie  la concernant...

Tout était simple donc au départ, tout l'est un peu moins à l'arrivée car je ne suis pas certaine d'avoir fait le bon choix, tout au moins pour moi.

J'aime en général les biographies. Particulièrement, celles, dont les auteurs américains ont le secret : un gros livre, souvent bourré de notes et de références, qui vous fait suivre pas à pas le personnage, en l'éclairant des avis convergents ou contradictoires de ses contemporains et d'autres auteurs qui ont pu l'étudier. On en ressort enrichi d'un savoir et de mille questions, que d'autres lectures pourront éventuellement éclairer.
Si j'ai bien retrouvé ici, un parcours de vie, j'ai été très gênée par le parti pris de l'auteur : il nous raconte Rosa Luxembourg - "sa" Rosa Luxembourg ? - donnant ainsi à l'ouvrage un caractère romancé quand ce n'est pas lyrique, qui non seulement peut agacer, mais surtout qui n'aide en rien à expliquer une pensée politique ni à clarifier un contexte très complexe. Les derniers chapitres ont été pour moi à cet égard particulièrement éprouvants.

Il est un point cependant positif à retenir : la volonté de rendre compte de la richesse de cette existence :

Quarante-huit ans, donc, marqués, par l'engagement  et le courage, une volonté d'agir, de comprendre, d'expliquer, de rallier à ses idéaux, quel que soit le prix à payer, l'exil, parfois la solitude, les injures, la prison et la mort la plus violente comme celle qui lui sera infligée le 15 janvier 1919 - un coup de crosse sur la tête, une balle tirée dans la tempe gauche, son corps jeté dans un canal.

Toute une vie consacréée à l'action politique, même si d'autres passions -la botanique, la géologie, la peinture- mais aussi les amours et l'amitié qu'elle avait parfois rugueuse, lui apportent une force  et une sérénité particulièrement remarquables. 
Une vie marquée également semble-t-il, par la "nostalgie ineffaçable de la vie normale, banale, familiale" que ses idéaux et un tempérament qui la poussait toujours à vivre au coeur de l'action l'ont empêchée de vivre.

J'aurais bien aimé en fermant ce livre pouvoir vous présenter une synthèse plus éclairante. 
J'ai essayé, sans succès...
Peut-être une autre fois, avec une autre source ?

11 commentaires:

  1. J'avais lu quelque chose sur elle il y a très longtemps. J'avais été fascinée par cette personnalité par sa rupture avec les modèles féminins de l'époque mais aussi par son immense solitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet une personnalité hors du commun. Je n'ai pas été frappée par sa solitude, plutôt par le regret d'une "autre vie", mais sa passion l'a emportée.

      Supprimer
  2. j'avais écouté il y a quelques mois les lettres de Rosa Luxemburg lues par Anouk Grinbert et j'avais été passionnée et du coup j'ai fait comme toi j'ai acheté et lu cette bio et j'ai été très déçue, je n'ai rien retrouvé de la femme passionnée certes Max Gallo dit tout mais il le dit sans passion à mon goût

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le manque de passion qui m'a gênée - je l'ai trouvée au contraire emportée par la passion de bout en bout - mais le parti-pris de l'auteur, qui ne se confronte jamais à d'autres avis.

      Supprimer
  3. Annie, I could see how this would be challenging in many ways. Thank you for sharing your honest thoughts.

    RépondreSupprimer
  4. Yes, it was a challenging book and acomplex, demanding ad passionate woman in difficult times.

    RépondreSupprimer
  5. Le danger avec les biographies romancées est en effet le risque de travestir le fait historique au point d'agacer: je sais que Dominique aime bien ce genre de biographies (romancées n'est pas le mot), et je lui fais entièrement confiance dans ses bons choix, mais quand vous écrivez "un gros livre, souvent bourré de notes et de références, qui vous fait suivre pas à pas le personnage, en l'éclairant des avis convergents ou contradictoires de ses contemporains et d'autres auteurs qui ont pu l'étudier.", je vous suis aussi totalement. Mais c'est plus ardu évidemment.
    J'ai lu récemment la vie de Balzac par Zweig: c'est un roman, mais c'est une biographie très réussie.

    Merci pour votre synthèse qui me paraît très claire.

    RépondreSupprimer
  6. En fait ce qui m'a le plus agacé dans ce livre, c'est que qu'il semble être une biographie, bien que, pour être honnête le mot ne soit écrit nulle part, pas plus que celui de roman d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Annie !
    Comme toi, j'aime bien les bonnes biographies. Je connais mal la vie de Rosa Luxembourg mais en effet ce que tu dis de ce livre ne me tente pas trop, on doit pouvoir trouver mieux ?
    Passe un bon dimanche pluvieux !

    RépondreSupprimer
  8. Quand l'auteur prend la place de son sujet...
    A voir, le film de Margarethe von Trotta.

    RépondreSupprimer
  9. An honest book review. I have never heard of this woman and although I won't read the book, I definitely will read about who she was. So that will be a new thing I'll learn today in my old age ;>)

    RépondreSupprimer