vendredi 25 mars 2011

LE SARI VERT



Auteur : Ananda DEVI
Genre : roman
Editions : Gallimard 2009
Format : poche Folio (n°5191) 256 pages

C'est un livre terrible au sens vrai du terme. Un livre qui vous saisit et vous rejette, tant ce qui est dit est violent et difficilement supportable. Je me suis surprise, à plusieurs reprises, les yeux glissant sur les lignes, comme s'il fallait me protéger.
Mais c'est un livre beau et vrai, servi par une écriture nette, forte, intense, qui m'a bouleversée et fait découvrir un auteur.

C'est un vieil homme qui est venu mourir chez sa fille. Il s'est imposé comme il l'a toujours fait, amenant avec lui, la haine sans failles qui l'habite, son tempérament de tyran, sons sens inaltéré de la manipulation.
 Haine, tyrannie, manipulation il les a exercées depuis le lendemain de son mariage, sur sa femme, épousée à quinze ans et morte à vingt,  sur sa fille Kitty, et sur sa petite-fille Malika.
Si aujourd'hui la force de son corps l'a abandonné, s'il ne peut plus être le médecin -Dokter-Dieu !- qu'il a été, il a gardé une arme, dont il sait user avec efficacité : la parole.
C'est lui qui parle, pour menacer, insulter, séduire, cracher tous le venin qu'il a contre les femmes, s'affirmer !

Bien sûr il a quelques excuses, une mère très aimée et disparue très tôt. Mais on s'en moque !
C'est un monstre, un faux héros, un mauvais-médecin, un pleurnichard, prompt à se disculper par tous les moyens.
Elles, Kitty et Malika, une seule chose les intéresse : comment est morte leur mère et grand-mère.
Lui, ne veut rien dire : quelle belle occasion de les faire souffrir une dernière fois !
Mais le temps de la toute-puissance est passé.
Elles sauront !


D'origine indienne, Ananda DEVI est née en 1957 à l'Ile Maurice. Ethnologue de formation, et traductrice de métier, elle a écrit  de nombreux romans, et des recueil de nouvelles et de poésie, qui ont reçu plusieurs prix. 
Elle est considérée comme une figure centrale parmi les auteurs de l'Océan Indien.
Elle vit aujourd'hui en France


Ce livre a reçu le prix Louis Guilloux en 2010.

2 commentaires:

  1. Ah, c'est super de pouvoir laisser des commentaires, d'autant plus que j'avais lu ton billet sur le sari vert et que j'ai moi-même ce livre en attente. Aussi étais-je ravie d'avoir l'avis d'une fervente lectrice comme toi. Je laisse donc avec grand plaisir mon premier commentaire.

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre fut difficile pour moi, j'en garde un souvenir douloureux. Très réussi mais pas pour moi.

    RépondreSupprimer